AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Sund vous observe...
 

Partagez | 
 

 Le double et la demie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Samain Sidhorin


avatar


Âge du peronnage : 18 ans
Localisation : En vadrouille ~
Métier/Occupation : Garçon de cuisine/serveur à Ahea
Humeur : Curieuse


MessageSujet: Le double et la demie.   Sam 1 Oct - 9:28

Trouver de quoi faire une soupe, trouver de quoi faire une soupe… Facile à dire, hé ! Quel que soit l’ingrédient majeur qu’il ramènerait, cette soupe serait imbuvable, à croire que le potentiel d’Ana ne se trouvait pas dans la préscience mais dans son extraordinaire capacité à rendre tout élément hypothétiquement mangeable aussi ignoble que de l’huile de morue ayant macéré des années dans du jus de chaussette d’ogre à bottes fourrées en plein été ! Et qui est-ce qui serait tenu comme responsable du désastre qui allait débouler sur leur table sous forme de cocotte minute ce soir, hein, hein ? Le petit Sam’ qui n’avait pas bien choisi ses légumes, tiens !
Fratrie de tarés.

Samain poussa un long soupir et leva ses yeux bruns de ses orteils qu’il foudroyait depuis qu’on l’avait mis à la porte pour faire les courses. Les Allées Marchandes s’étendaient devant lui… De belles rues aux pavés ocres polis par les millions de passages, réchauffés par le soleil de la fin de l’après midi. De belles façades à colombages de vieilles maisons aux fenêtres ouvertes par les ménagères qui profitaient de l’air frais et lumineux que cette journée leur offrait en dépit des maux qui lacéraient Al Dryen. Mais le mieux, c’était cette ribambelle d’étalages de toutes les sortes, de toutes les couleurs, matières, formes, valeurs, origines, utilités… Un tas de curiosités empilées de chaque côté de la rue et ces marchands qui s’échinaient à les vendre en jouant de voix chaudes au coffre tous plus impressionnants les uns que les autres...

Et Sam’ ne put retenir bien longtemps son beau sourire : il adorait cet endroit. C’était, pour le grand curieux qu’il était, le lieu le plus merveilleux qui puisse être. Il y avait toujours un nouveau truc tordu à découvrir, un marchand loufoque à écouter, des joutes verbales à arbitrer… Il adorait cet endroit. Et le haïssait tout autant. Imaginez un peu, pour le bonhomme et ses reflets inopinés qu’il provoquait chez les gens lorsqu’il était enfant. Cette place bondée de monde avait alors été un véritable enfer. Des milliers de gens qui lui lançaient des milliers de regards noirs, des milliers de sensations diverses qui le frôlaient sans qu’il ne puisse les comprendre, trop jeune qu’il était. Samain toucha son amulette, sous son t-shirt gris perle trop large et rassuré, s’intéressa à un étalage de breloques biscornues… Un petit miroir au cadre joliment ciselé lui rendit son reflet. Un reflet qui plissait les yeux, l’air fort mécontent.
- Oh, ça va, hein ? J’en ai marre d’aller te courir après moi, il y a trop de monde ici ! chuchota le garçon d’un ton boudeur.
- Faux frère, lui répondit son reflet en se retournant résolument.
- J’vais te confier au bon soin de Morri tu vas comprendre ce que c’est qu’un faux frère…
Et alors que Beltaine lui envoyait un regard effaré et suppliant, la marchande accueillit à l’étale une nouvelle venue :
- Bonjour mademoiselle vous… Quelle peau…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enelle Stark


avatar


Âge du peronnage : Inconnu
Localisation : Sur la plage
Métier/Occupation : Serveuse à l'Auberge Ahea
Humeur : Enigmatique


MessageSujet: Re: Le double et la demie.   Sam 1 Oct - 10:13

Enelle jeta un dernier regard circulaire sur son appartement exigu et soupira lorsqu’elle ferma la porte. Cet endroit lui était toujours aussi étranger ; elle ne parvenait à s’accorder nulle part, constante intruse.

Elle dévala les marches d’un pas preste souple, s’intriguant toujours autant du grincement des antiques escaliers en colimaçon, dont le bois semblait animé d’une volonté propre, selon certains. Ils ne croyaient pas si bien dire : la concierge, stéréotype même de la commère dont l’espionnage était sa spécialité, avait le don de parler aux bois. Meubles, escaliers, bancs… Tout y passait pour satisfaire sa constante curiosité. Tous la pensait folle à parler seule. Aucun ne se doutait qu’elle usait de la magie. Dans une autre vie, peut-être, Enelle en aurait rit sous cape, se serait amusée d’un tel don et en aurait même profité.

Dans une autre vie.

Elle n’était mue que par une indifférence gracieuse, lorsqu’elle croisait la vieille dame. Pour ne pas trop attirer l’attention, elle lui offrait un sourire poli, ne faisait pas tapage, ne ramenait jamais personne chez elle. Bref. Rien qui ne changeât beaucoup sa vie de toute façon. Elle poussa la lourde porte de chêne et se dirigea d’un pas assuré vers les Allées Marchandes, rôdée par l’habitude. Chaque fin d’après-midi, avant d’aller travailler, elle allait faire quelques courses, pour tromper un peu l’ennui. Elle ne pouvait pas éternellement rester dans son appartement, à ne rien faire sinon fixer de son regard bleu les poutres apparentes du plafond. Trop long. Le temps passait trop lentement et l’air sur sa peau était trop léger, l’atmosphère inapproprié. Parfois, elle se plongeait dans un livre pour parfaire ses connaissances sur ce monde nouveau. Mais rien de plus. Elle restait dans l’attente qu’Elliott respectât sa promesse.

Le soleil sur sa peau, la foule, les flux de magie se faisaient étourdissants, sans qu’elle n’y prêtât vraiment attention. Elle se laissait porter, s’imaginant méduse sur les flots. Parfois, son regard s’arrêtait sur les étales colorés, les objets singuliers et là, seulement, la musique qui ne la quittait jamais vraiment s’amplifiait dans sa tête, comme annonciatrice de souvenirs sur le point de crever la surface. De petites bulles qui montaient, montaient… Pour finalement se résorber et l’abandonner à une frustration agaçante.
C’était justement ce qui arrivait, à l’instant. Elle fronçait les sourcils sous sa frange, son regard océan s’assombrissant un peu plus à chaque fois ; cet objet, ce tout petit bracelet d’argent serti de corail lui rappelait quelque chose, mais quoi ? Elle plissa le nez, se concentra, et…

Sa peau ?
Encore sa peau ? Elle fut prise de l’envie de foudroyer du regard la marchande. Elle commençait à être lasse de cette constatation systématique. Oui, elle était différente, elle était au courant. Merci. Elle détourna le regard de l’objet perturbant, plus intéressée par un flux de potentiel émanant d’un… miroir ? Voilà qui l’intriguait vraiment plus. Elle lorgna du coin de l’œil le petit reflet. Puis son origine. Un drôle de garçon.

Tiens. Une connaissance.


Dernière édition par Enelle Stark le Sam 1 Oct - 14:06, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samain Sidhorin


avatar


Âge du peronnage : 18 ans
Localisation : En vadrouille ~
Métier/Occupation : Garçon de cuisine/serveur à Ahea
Humeur : Curieuse


MessageSujet: Re: Le double et la demie.   Sam 1 Oct - 10:55

« Quelle peau… ? » en voilà une constatation étrange ! Qui donc s’extasiait sur des peaux… ? Samain lança un regard dubitatif à la marchande rondelette aux pommettes rouges qui vrillait des prunelles mal à l’aise sur sa cliente et, pour une fois en parfaite synchronisation avec Beltaine, suivit le chemin oculaire jusqu’à un joli brin de fille qui sans rien avoir de particulier si ce n’est effectivement cette peau de lait et de toute évidence une capacité hors norme à se déplacer sans rien y voir, sa frange cachant ses yeux, envoyait alentour une aura d’étrangeté morose.

Enelle Stark.

Samain échangea un regard avec son reflet et la marchande s’arma -très discrètement- d’un chandelier en plomb qu’elle fit semblant d’astiquer, visiblement effrayée par les deux Bizarres devant son étalage. Entre la fille qui lui filait la chair de poule sans qu’elle sache pourquoi, et ce garçon qui délirait avec son miroir et à vrai dire, lui envoyait également des sentiments désagréables…
Habitué qu’il était à ces réactions, lui aussi, Samain lâcha juste un « quelle sotte » droit des les yeux de la marchande et reporta son attention sur sa collègue de travail. Il ne savait pas vraiment que penser d’elle. Il ne la détestait pas, mais n’avait absolument aucune raison de bien l’aimer non plus, parfaitement indifférente qu’elle était à tout et à tous. Chaque fois qu’il lui avait adressé la parole, c’avait été par des phrases commençant par « le patron voudrait que… » ou « le client là-bas demande à… » etc. il lui disait bonjour et au revoir chaque jour, mais comme à toute l’auberge…

Bref, il savait juste qu’Enelle était une fille à part. Samain avait déjà pu voir ses yeux si fascinants, et tout en elle criait « je suis d’ailleurs » sans qu’il ne puisse mettre le doigt sur le pourquoi. Plusieurs fois, Beltaine avait martelé son double pour qu’il retire son amulette et le projette dans cet étrange personnage, mais c’était l’une de ces idées que Sam’ exécrait au paroxysme de l’exécration. Oui madame.

Quoi qu’il en soit, Samain salua la demoiselle :
- Salut Enelle, toujours à l’ouest ?
Accompagné d’un sourire amical, s’il vous plait, il n’y avait rien de méchant en Sam’ ce jour-ci… Sauf peut-être…
- SAMAIN ! Fais-moi sortir de là sinon j…
Samain, sans quitter la serveuse des yeux, retourna le petit miroir, brisant le lien entre lui et son reflet.
Il pencha la tête de côté, histoire d’apercevoir les yeux de sa vis-à-vis. Oui vraiment, c‘était une fille étrange…
- J’aimerais savoir comme tu fais pour y voir clair…
Il avisa alors la marchande qui regardait son miroir d’un air horrifié. Ah, elle avait dû entendre cet idiot de Belt’…
- Je l’ai maudit, dit-il alors à la commerçante sur le ton de la confidence.
Et il fallait la croire superstitieuse puisqu’elle leva son chandelier et… Sam’ parti en tirant Enelle par la manche de son pull, la libérant quelques pas plus loin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enelle Stark


avatar


Âge du peronnage : Inconnu
Localisation : Sur la plage
Métier/Occupation : Serveuse à l'Auberge Ahea
Humeur : Enigmatique


MessageSujet: Re: Le double et la demie.   Sam 1 Oct - 13:09

Maudire le miroir ?
Enelle n’avait perçu aucune magie de la sorte. Quel était l’intérêt de filer ainsi, d’effrayer les bonnes femmes pour si peu ? La blondinette se le demandait bien. Docile, elle s’était laissé entraîner sans un mot, non sans jeter un regard à cette marchande armée d’un chandelier et un tout dernier coup d’œil au bracelet de corail.
Sitôt à une distance respectable et dès que Samain l’eut lâchée, elle rajusta la manche de son haut en voile de coton noir, aux manches longues et évasées, couvrant jusqu’à la pâleur de ses doigts. Elle fit quelques pas encore, jusqu’à un coin de rue où la foule se faisait moins dense. Calme, elle leva la tête, comme ailleurs ; le bleu du ciel, à l’Est, commençait à se parer d’une robe plus sombre. Les jours se raccourcissaient, constata-t-elle en son for intérieur. Puis, poussée par l’habitude des politesses forcées, elle ouvrit la bouche pour souffler :

« Bonjour, Samain. »

Elle avait conservé son flegme dans le ton de sa jolie voix grave, peu sensible à la franchise de Samain. Elle n’était pas du genre à s’agacer pour si peu, pas du tout. Elle était bien plus intriguée par cette histoire de miroir qui causait, en fait. Elle n’avait jamais prêté attention jusqu’alors au don singulier de son collègue… Jusqu’à aujourd’hui. Parce qu’ils avaient interrompu – lui, son reflet et son curieux pouvoir – sa petite balade de soirée, brisant ainsi ses habitudes, son quotidien sans anicroche, fluide et dicté par les automatismes. Elle avait ce sentiment désagréable d’être un cours d’eau qui venait de se heurter de plein fouet à un barrage. Désagréable ? Peut-être pas tant que ça. Elle peinait encore à faire du tri parmi la kyrielle d’impressions qui la traversait chaque jour. Avait-elle été modifiée en quoi que ce fût, avant qu’elle ne perdît la mémoire ? Pensait-elle différemment avant ? Jusqu’à quel point différait-elle des autres ? Ces questions, elle se les posait souvent, tant son étrangeté la choquait elle-même. Enfin, choquer était un bien grand mot.

Elle resongea à la question du serveur, un peu plus tôt, tout en replaçant une mèche de sa frange, puis haussa finalement les épaules. Elle voyait très bien à travers ses mèches de cheveux. Enfin, elles ne l’ennuyaient pas outre mesure. Glissant les mains dans ses poches, elle avisa à nouveau le vadrouilleur et, curieuse, pencha la tête sur le côté. Elle était bien tentée de tourner les talons et de s’en aller comme si de rien n’était, pas une question lui trottait dans la tête. Étonnant.

« Pourquoi ton potentiel se dirige toujours vers les surfaces réfléchissantes ? »

Drôle de question, n’est-ce pas ?
Surtout qu’Enelle ne révélait à personne la nature exacte de son pouvoir. Mais assez logique si elle ne s’était pas donné la peine d’apercevoir Beltaine. Les flux de Samain la laissaient assez perplexe : ils semblaient aller à contre-courant la plupart du temps, modifiant ainsi l’atmosphère générale d’une pièce. Perturbant, tout ça.


Dernière édition par Enelle Stark le Sam 1 Oct - 14:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samain Sidhorin


avatar


Âge du peronnage : 18 ans
Localisation : En vadrouille ~
Métier/Occupation : Garçon de cuisine/serveur à Ahea
Humeur : Curieuse


MessageSujet: Re: Le double et la demie.   Sam 1 Oct - 13:50

Enelle s’arrêta un peu en marge de la foule et regarda le ciel avant de saluer Samain à son tour, comme si la conversation n’avait jamais été interrompue. Elle avait une voix très particulière que Samain aimait bien, bien qu’on ne l’entende pas souvent… Une subite envie de voir l’océan lui traversa l’esprit et, lançant un regard circulaire sur les citadins, l’air revêche, il toucha à nouveau son amulette.
Quoi qu’il en soit, l’inexpressivité de sa collègue le fit sourire de plus belle : elle était là, mais c’était tout. Comme une poupée au milieu d’un terrain vague grouillant de fourmis, c’est ce que se dit Samain. Pas à sa place, inactive, désœuvrée, presque transparente. Juste là. Agissant ce qu’il fallait pour suivre le cours du temps, rien de plus. Elle se laissait porter.

La réflexion commençant vaguement à l’attrister, il la balaya de son esprit. Enelle recoiffa sa frange et se faisant, Samain aperçu ses yeux. Lagon. Non, plus vaste que ça : océan. Océan… Oui décidemment, s’il avait encore un peu de temps avant son travail, il allait sans doute se rendre sur la plage. Avant son travail… D’ailleurs… AH ! Les courses, Ana !

- Mince, j’ai failli oublier ! s’exclama-t-il, Enelle, tu ne saurais pas quel légume pourrait faire une soupe potable, même entre les mains d’une…

Il s’arrêta de parler voyant la jeune femme pencher la tête et le regarder. Et bien quoi ? Il avait quelque chose sur le nez ? Par réflexe, il tourna son regard vers la vitre à côté de lui, mais son imbécile de reflet se couvrit résolument le milieu de la figure, bien décidé à enquiquiner son véritable lui par tous les moyens, aussi infimes soient-ils.

- Crétin… susurra Samain entre ses dents à l’adresse de Beltaine.

- Pourquoi ton potentiel se dirige toujours vers les surfaces réfléchissantes ?

Le garçon tourna vivement les yeux vers la serveuse et fronça les sourcils : quoi ?

- Mon potentiel… ? Et toi, comment sais-tu ça ? répondit-il d’un ton presque mordant, bien malgré lui toujours sur la défensive lorsqu’on mentionnait son don.

Et comme Beltaine s’apprêtait à se manifester, Samain fit un pas de côté, se dégageant de devant la fenêtre. Il remarqua alors deux bonhomme fendant la foule dans leur direction, apparemment guidés par la femme rondelette qui levait un poing tout en pointant l’autre doigt sur le ridicule petit miroir que Samain avait assuré maudire. Loin d’être effrayé, le garçon trouva la chose on ne peut plus amusante et oubliant de plus bel Ana et ses légumes, enchaina :

- Ah tiens, la commerçante avait un fils et un mari… assura-t-il joyeusement, il faut croire que leur idiotie est pathologique… Tu viens… ? Qu’on les perde un peu. Tu es repérée aussi.

C’est qu’il n’était absolument pas désolé d’avoir embarqué avec lui sa complice contre son gré. Se remettant en marche :

- J’aime les gens qui ont du répondant…

Avec un éclat de rire chaud, bien entendu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enelle Stark


avatar


Âge du peronnage : Inconnu
Localisation : Sur la plage
Métier/Occupation : Serveuse à l'Auberge Ahea
Humeur : Enigmatique


MessageSujet: Re: Le double et la demie.   Sam 1 Oct - 15:08

Enelle observa le manège de son vis-à-vis avec curiosité alors qu’il pestait après son reflet – qu’elle ne pouvait pas percevoir de son emplacement. Elle se concentra sur les flux de magie, essayant d’y déceler un indice quelconque sur cette rareté mais Samain choisit ce moment-ci pour faire un pas sur le côté, perturbant la magie. Zut.
D’un froncement de sourcil, Enelle marqua son mécontentement. Réalisait-elle que l’on ne voyait pas ses sourcils, justement ? Peu probable. Elle s’en fichait, comme de tout… Enfin, non. Contrariée d’avoir été ainsi privée de sa contemplation des ondes de potentiel, elle se mura dans un silence indifférent. Pas question qu’elle lui répondît, puisque lui-même ne s’était pas donné la peine d’éclairer sa lanterne.

À la place, elle chercha son paquet de cigarettes dans sa poche et dans un geste rôdé par l’habitude, en glissa une entre ses lèvres dépourvues de couleur avant d’y porter un briquet. La petite flamme vacilla plusieurs fois, comme sensible aux mouvements de la foule, mais ne s’éteignit seulement quand la pression du pouce de la blondinette se retira. Elle inhala la fumée, mécaniquement, y trouvant un certain réconfort. Elle aimait la densité onctueuse et étouffante dans ses poumons. Elle voulait laisser le temps se prolonger, plonger dans sa douce mélancolie pour ne s’immerger plus intensément ensuite dans ses habitudes, ses courses, son travail, peut-être même un tour par la plage… Tentant, la mer. Toujours.

Son instant de tranquillité fut bref. Tout autant que ses projets immédiats furent éphémères. Déjà, les palabres de Samain lui parvinrent, trop joyeux, trop entraînant. Elle aurait pu se diriger dans une autre direction, faire mine de le suivre puis, une fois hors de vue de la marchande et de sa famille, bifurquer et laisser son existence reprendre son chemin. L’idée ne lui traversa pas même l’esprit ; elle préférait, finalement, la compagnie de son collègue, qui potentiellement lui apporterait une réponse.

Elle lui emboîta le pas, manifestant d’un haussement d’épaule le peu d’intérêt qu’elle portait à la bonne femme superstitieuse.

« Si tu veux. »

De toute évidence, peu lui importait aussi d’être embarquée dans les plaisanteries de Samain. Elle ne saurait lui en tenir rigueur, quand bien même il parviendrait à leur attirer des ennuis. D’autant plus qu’elle savait qu’elle n’avait pas grand-chose à craindre sur cette île ; elle était neutre, prônait son indifférence et connaissait personnellement le Maire, Elliott Johnson. Tout ce dont elle avait besoin pour se tirer du moindre faux-pas. Donc, pas besoin de s’inquiéter, les tracas lui passaient bien au-dessus de la tête. Sans être complètement insouciante, elle savait parfaitement qu’elle n’avait pas beaucoup à craindre.

Elle l’écouta rire, distraite par les volutes de fumée qui s’élevaient juste devant son nez. Un rire chaleureux, vivant, de ceux qu’on aimait entendre. N’avait-il pas parlé de légumes, un peu plus tôt ? Devrait-elle le lui rappeler ? La pensée l’effleura mais s’estompa aussitôt, trop peu intéressante pour qu’on y prêtât vraiment attention. Elle préférait se refocaliser sur le prochain miroir…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samain Sidhorin


avatar


Âge du peronnage : 18 ans
Localisation : En vadrouille ~
Métier/Occupation : Garçon de cuisine/serveur à Ahea
Humeur : Curieuse


MessageSujet: Re: Le double et la demie.   Sam 1 Oct - 16:17

Enelle venait tout juste de se mettre une clope au bec quand Samain l’entraina avec lui. Il retint un sourire en imaginant la réaction de sa sœur s’il revenait un paquet de cigarette en poche… La pauvre fratrie Sidhorin avait déjà du mal à subsister en ayant un petit boulot chacun, si en plus l’un d’eux se mettait à dépenser dans le tabac… Pensant à cela, l’image d’une courgette le titilla mais… un puissant instinct contradictoire l’empêcha de se focaliser dessus.

La jeune femme de son côté lâcha un « si tu veux » paisible et le suivit dans ses frasques sans réaction particulière. Si tu veux… Samain ne put retenir un nouvel éclat de rire ! Comme ça « si tu veux » ? C’était bien la dernière chose qu’il s’attendait à entendre ! Il lança un coup d’œil à son acolyte et lui fit un sourire de renard : soit elle était vraiment à côté de la plaque, soit elle aussi avait conscience que tout ceci n’était qu’un jeu sans véritable danger et acceptait simplement d’entrer dans la partie de Samain. Quelque chose soufflait au garçon que c’était un peu des deux, et autre chose à la fois… Finalement, peut-être que cette jolie poupée de porcelaine avait vraiment une âme.

Le Sidhorin jeta un regard sur ses arrières et vit les deux bonhommes bloqués par une charrette débarquant d’une rue transversale. Ce qui le fit rire de plus belle : il fallait voir leurs têtes ! Il lança un coup de coude à sa complice et, de son pouce, lui montra le phénomène. Il ne vérifia pas vraiment que son amusement était partagé et obliqua dans une nouvelle allée. Ils croisèrent des bijoux où des minis Samain tiraient la grimace, des casseroles ou Beltaine, avec humeur, effrayait les clients, des légumes où Samain eut enfin la paix… Des légumes !

- Ah… oui… Enelle, choisit un légume !

Au moins, il pourrait dire que ce n’était pas tout à fait sa faute si le légume était mal choisit…

- Celui que tu préfères, ajouta-t-il avec un sourire amical.

Pour sa part, Samain avait une passion inexplicable pour les citrouilles et coloquintes en tout genre, mais l’expérience lui avait appris que la créativité démente de sa frangine n’avait pas de limite, lorsqu’elle avait fait une tarte aux mûres avec des bouts de citrouilles. Soit disant que orange et violet, c’était beau ensemble. Logique imparable, qui disait beau disait bon, hein ?

Le marchand s’approcha d’eux, le sourire d’abord amène, puis plus réservé lorsqu’il les vit vraiment. Il leur grogna un bonjour, puis retira une énorme marmite du feu pour la poser à proximité de ses clients. Samain n’y pris d’abord pas garde jusqu’à ce que…

- Demander à un légume de choisir un légume, mon cher moi-même, tu as le sens de l’humour !

Le maraicher retira vivement ses mains des anses de la marmite, la renversant, et Samain avec une grande frappe sur le front, reprit sa débandade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enelle Stark


avatar


Âge du peronnage : Inconnu
Localisation : Sur la plage
Métier/Occupation : Serveuse à l'Auberge Ahea
Humeur : Enigmatique


MessageSujet: Re: Le double et la demie.   Sam 1 Oct - 16:46

Effectivement, Enelle ne s’amusait pas de se voir poursuivie ainsi. Après tout, n’avaient-ils pas un commerce à garder, ces deux là ? Ils feraient mieux, vraiment. Peut-être y avait-il de vrais troubles fête dans ces allées, alors que le crépuscule se rapprochait. Qu’il serait bête que leur bonne-bonne se fît dévaliser son étale tandis que les hommes de la maison couraient après deux gamins en vadrouille !

La demande de Samain la laissa perplexe. Un légume ? Quelle drôle d’idée… Il fallait dire, elle n’aimait pas particulièrement ça, les légumes. Enfin, comme n’importe quel aliment, en fait. Elle pensait apprécier le goût du poisson, des crustacés et de ce qui était salé en général. Des produits dont elle n’abusait guère de toute manière, peu dévouée à sa propre personne. Alors, quand à choisir un légume et en plus celui qu’elle préférait…

La pensée, saugrenue, franchit ses lèvres sans qu’elle se donnât la peine d’y réfléchir.

« Est-ce que les algues sont des légumes ? »

Elle n’obtint pas de réponse, seulement une réplique d’une marmite.
Nouveau froncement de sourcil. Une marmite ? La marmite parlait ? Elle n’y avait pas prêté attention, un peu plus tôt, mais le miroir aussi, faisait la conversation ? Enelle se sentit en passe de découvrir ce qui l’avait tant intriguée. Le fait d’être traitée de légume, par ailleurs, ne lui plaisait guère – si du moins, elle avait tout compris. Oh, elle ne s’en offusqua pas inutilement, mais cela la rendit que plus déterminée. Décidée, elle accéléra un soupçon le pas, attrapa Samain par le coude – et au diable si le contact de sa peau ne lui plaisait pas ! – et bifurqua dans une courte ruelle adjacente, dont la courbe les amena juste un peu plus bas dans la rue, à quelques pas du premier étale. Les poursuivants probablement semés devaient être en train de pester, loin derrière, tandis que la bonne-femme, qui aperçut l’étrange duo, poussa un cri poussif. Comme si Samain et Enelle s’étaient débarrassés de sa famille d’un couteau dans la carotide… Elle secoua la tête, blasée, avant de reprendre son activité : traîner Samain, sans un mot, pour obtenir le fin mot de l’histoire.

Très vite, ils parvinrent à l’endroit qu’elle avait repéré un peu plus tôt ; un étale, en retrait de la foule pour ne pas risquer d’en casser la marchandise. Des tonnes de miroirs. Aussitôt, elle sentit tout le potentiel de Samain se diriger là-bas. Elle ressentait cette urgence insupportable, cette curiosité la dévorer un peu plus de seconde en seconde. Ce qu’elle n’aimait pas se sentir ainsi – si vivante ! Elle poussa le garçon de cuisine au milieu de miroirs et, prudente comme un chat curieux, pencha la tête à son tour parmi les dizaines de reflets, jusqu’à apercevoir Beltaine.

L’observation des flux et son esprit fit les déductions qui restaient.

« Tu as le bonjour du légume », fit-elle avec un détachement non feint.

De son ton dépourvu d’animosité transparaissait un soulagement certain.
La réponse, enfin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samain Sidhorin


avatar


Âge du peronnage : 18 ans
Localisation : En vadrouille ~
Métier/Occupation : Garçon de cuisine/serveur à Ahea
Humeur : Curieuse


MessageSujet: Re: Le double et la demie.   Dim 2 Oct - 10:20

- Beltaine, t’es un crétin.
Samain lança un regard noir à son reflet qui lui renvoya un rictus hilare.
- Je suis toi mon aimé… rétorqua-t-il d’un ton très théâtral.

C’est que quand Beltaine avait décidé de montrer son existence, l’en empêcher était pour ainsi dire, très difficile. Et Enelle avait manifestement attiré son intérêt.

Lorsqu’elle avait attrapé Samain par le bras, un frisson avait parcouru le jeune homme qui trop intrigué par ce toucher fort singulier, ne s’en était pas libéré. C’était… Bizarre… Il avait l’impression qu’une main en verre poli s’était refermée sur son bras… c’était commun, d’avoir les mains en verre poli ? Non, hein ? Quelle drôle de fille ! Et qu’est-ce qu’il pouvait avoir envie d’aller voir l’océan ! Et… quel était le rapport ? Tout en se faisant trimballer, Samain fronça les sourcils : de toute évidence, ce devait être elle qui lui filait cette subite lubie…

Habitué par ses frangins frangines à se faire balader un peu partout depuis sa plus tendre enfance, le manège ne l’étonna ni ne l’offusqua le moins du monde, il était juste perplexe de voir sa collègue d’ordinaire si passive l’embarquer brusquement avec tant de promptitude ! Qu’est-ce qu’il lui arrivait ? Une schizophrénie sous-jacente ?

En dépit de ce qui se passait devant lui, Samain ne put retenir un sourire carnassier en repassant devant le stand de la femme au miroir, il y avait vraiment des gens niais… Lui même s’étonnait de la facilité avec laquelle il avait fichu le bastringue dans un petit bout des Allées… Pourvu qu’Ana ne le sache jamais…

Mais il riait moins, à présent qu’Enelle l’avait arrêté au beau milieu d’une kyrielle de miroirs et que Beltaine, peu coopératif avait décidé de ne pas jouer au gentil reflet normal.

Ledit Beltaine s’inclina devant Enelle et, tout en sortant du plus grand des miroirs :
- Madame, votre bonjour potager est un plaisir, vous avez celui du Crétin.
- Tais-toi un peu, maudit reflet.
Beltaine fit semblant de mettre un coup de coude à Samain qui ne broncha pas : il n’avait pas donné de consistance à Beltaine, le coup l’aurait traversé de toute façon. Il poussa un soupir et posa ses prunelles noisette sur la frange de sa collègue, à défaut de ses yeux. Elle paraissait calme, à nouveau. A croire que sa frénésie n’avait jamais été, que rien ne s’était passé entre l’étale de légume et celui des miroirs.
Il s’assit sur la caisse barrée d’un énorme « FRAGILE » derrière lui, et lança :
- Et donc, c’est ton tour ? C’était quoi cette histoire de potentiel que tu sentais dans les… euh… surfaces réfléchissantes ?
Il se doutait bien évidemment qu’il y avait un rapport avec le don de la jeune femme, mais n’en sachant pas plus, il était curieux de l’apprendre. A vrai dire, depuis son éclat de vivacité, Enelle Stark s’était attiré la curiosité de Samain. Qu’est-ce qui avait bien pu lui passer par la tête ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enelle Stark


avatar


Âge du peronnage : Inconnu
Localisation : Sur la plage
Métier/Occupation : Serveuse à l'Auberge Ahea
Humeur : Enigmatique


MessageSujet: Re: Le double et la demie.   Dim 2 Oct - 12:33

Enelle observa l’échange d’un œil intrigué, sans pour autant marquer la moindre surprise ou quelque fascination. Comme si tout cela était la chose la plus naturelle au monde. Normal, quoi.

Elle secoua la tête, dégageant quelque peu sa frange, puis tira à nouveau sur sa cigarette, toujours aussi amusée par le contact de la fumée dans ses poumons, sans se défaire de sa contemplation de l’étrange duo. À quel point ces deux là étaient-ils différents ? Et s’ils étaient une seule personne, une forme de projection astrale d’un gamin atteint de schizophrénie aigüe ? Voilà des réponses que son don ne lui permettrait pas d’obtenir. Peut-être qu’elle allait s’intéresser à Samain un peu plus longtemps que prévu, en fin de compte. Parce que, lui poser les questions directement, elle n’en voyait pas l’intérêt ; la réponse pouvait être aussi factice que sibylline.

Elle effectua un pas en arrière, s’assura que personne ne traînait dans les environs – pas même le vendeur, étrange – avant de s’accoter à son tour contre une caisse. Du bout des doigts, elle caressa le contour du miroir le plus proche, au cadre de cuivre finement orné de motifs floraux. Elle en apprécia les courbes et la taille – suffisamment grand pour qu’on pût s’y voir des pieds à la tête. Puis, elle reporta son attention à Samain et Beltaine. Le premier lui avait parlé, non ? Cette histoire de potentiel ? Ah…

« Je l’ai juste vu. Ton potentiel. »

Concis.
Voilà l’explication qu’elle souhaitait donner, ni plus, ni moins. Elle voyait le Potentiel. Inutile de préciser qu’elle pouvait l’influencer. Elle-même ne comprenait pas tellement son don ; il lui venait plutôt spontanément, mais en absence de souvenirs, difficile de savoir à quoi s’en tenir. Peut-être avait-elle appris à l’utiliser, à un moment ou à un autre de son existence. Chaque jour, elle lui découvrait un nouvel aspect saugrenu. Il faudrait qu’elle s’entraînât longtemps pour pouvoir en déceler les moindres subtilités. Pourrait-elle désactiver des runes ? Ou alors, dépouiller un objet de sa magie, de son charme ?

Son regard océan se porta sur la poitrine de Samain. Où plutôt sur cette chose qu’il dissimulait sous son T-shirt trop large. Serait-ce sur ce genre d’objet qu’elle devait tenter l’expérience. Elle aurait bien voulu. Elle se doutait néanmoins que, priver son collègue d’une amulette n’était pas la meilleure des idées qu’elle pouvait avoir. Ce serait probablement vu comme « méchant ». Après tout, cet objet devait être important, non ?
Elle se ravisa, donc, se focalisa à nouveau sur sa cigarette, tellement plus amusante. Puis, sa voix grave s’éleva derechef.

« T’es – Vous, plutôt – vous êtes assez bizarres. »

Oui, vous avez bien entendu. Enelle l’étrange considérait le duo comme bizarre. Bien joué… Mais c’était une simple constatation qui lui était venue spontanément à l’esprit et, une fois de plus, lui avait bêtement échappé. Si elle était plutôt maligne, elle s’embarrassait rarement de considérations superflues. Surveiller ses paroles – si peu nombreuses fussent-elles – n’était pas dans sa nature.

Point commun ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samain Sidhorin


avatar


Âge du peronnage : 18 ans
Localisation : En vadrouille ~
Métier/Occupation : Garçon de cuisine/serveur à Ahea
Humeur : Curieuse


MessageSujet: Re: Le double et la demie.   Dim 2 Oct - 13:39

Elle avait « vu » son potentiel ?
- Cool…
- Ca ressemble à quoi ?
Les deux pseudo-jumeaux, assis l’un à côté de l’autre, indéfférenciables auditivement comme visuellement si ce n’est que Samain avait un épi à gauche quand Beltaine l’avait à droite, vrillaient quatre yeux fascinés sur leur vis-à-vis. Voir le potentiel ! Leur curiositomètre au maximum, ils tentaient de mettre eux aussi une image sur ce que pouvait bien être le potentiel. Ainsi ça se « voyait » ? Comme un chemin ? Un courant ? Une poudre ? Ou quelque chose de plus concis, un être, un végétal ?

L’ébullition dans le cerveau de Samain connu un raté lorsqu’il intercepta le regard de la serveuse : si elle voyait le potentiel… Son amulette, pour sûr, devait en renfermer… non ? Celui de sa mère tout du moins, qui lui permettait de pouvoir vivre parmi les gens sans s’éparpiller entre les milliers d’âmes parcourant Al Dryen. S’il maîtrisait à peu près son don lorsqu’il portait l’objet, il savait que sans lui, il serait complètement dépassé et n’aurait plus qu’à vivre reclus sur une île déserte.

Enelle ne parut pas s’arrêter longtemps sur le pendentif caché néanmoins, et s’intéressa à sa cigarette. Samain sourit doucement, Beltaine, qui sentait forcément les états d’âme de son véritable lui, s’était un peu calmé et suivit d’un regard de chat guettant un moineau les gestes de la jeune femme.

Mais l’étape suivante les fit repartir de plus belle. Beltaine partit dans un long fou rire et Samain ne put que l’accompagner avec ses beaux éclats de rire plein de chaleur. Et pendant que le reflet s’étranglait sur une phrase voulait sans doute dire « c’est l’hôpital qui se fout de la charité », Samain secouait la tête d’un air désabusé.
- Belt’ n’a pas tort, t’es plutôt anormale aussi entre ta peau de verre, tes trois phrases par semaines et ton air de morte ambulante.
Ca c’était fait… Cependant il n’y avait aucun reproche, aucune méchanceté, aucune contre-attaque ni aucune accusation dans la voix de Samain. A mille lieues de là, il avait plutôt les accents de la complicité amicale. Enelle était bizarre ? Ouais. Vous avez vu où a grandi Samain ? Dans sa famille de cinglés, ils étaient tous bizarres. Pas de la même façon qu’Enelle, certes, m’enfin quoi qu’il en soit, déjà peu juge dans l’âme à l’origine, ce n’est surement pas sur ce point que Samain allait fustiger la demoiselle Stark.
- Comme on dirait chez nous, fit philosophiquement remarquer Beltaine en s’essuyant les yeux, on est des bizarres et on t’emmerde. Enfin pas toi en particulier mon p’tit navet mais…
- C’est assez marrant d’ailleurs, le coupa Samain, de te voir un coup de fouet. Je t’ai toujours vu complètement dans les vapes.
- Et c’est moi qui l’ai fait réagir…
Samain lança un regard blasé à son reflet, puis croisa les prunelles de sa complice. Ah, encore…
- Ca te dit d’aller voir la mer… ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enelle Stark


avatar


Âge du peronnage : Inconnu
Localisation : Sur la plage
Métier/Occupation : Serveuse à l'Auberge Ahea
Humeur : Enigmatique


MessageSujet: Re: Le double et la demie.   Dim 2 Oct - 15:35

Enelle les écouta, en silence, comme toujours. On pourrait croire qu’elle faisait cela pour ne pas se disperser, pour rester concentrée sur ses interlocuteurs. Et c’était peut-être le cas. Elle ne voyait pas spécialement l’intérêt de répondre à Beltaine. Non pas qu’elle ne le considérât pas comme un être à par entière (elle se contentait de peu, cette petite), mais plutôt qu’elle ne savait de toute façon pas comment décrire le Potentiel et ses flux, les différentes formes de magies et tout le tralala. Elles les ressentaient plus qu’elle ne les voyait, ils étaient une part indissociable de son entourage sensoriel. Chose impossible à expliquer à ses yeux ; elle était comme un poisson qui ressentait le courant là où d’autres se laissaient bêtement emporter ou y résistaient.

Anormale ?
Elle pencha la tête sur le côté. Oui, aussi. C’était ce qui devait transparaître. Mais cela avait-il la moindre importance ? Pas du tout. Elle se contenta de hausser les épaules, geste rôdé et si souvent répété. Son regard voguait de l’un à l’autre, tandis qu’ils discutaient, emplissant le recoin de rue de leurs éclats de rire et leurs bavardages. Oui, anormale. Ils avaient quelque chose d’incroyablement vivant qu’elle ne possédait pas. Déjà que seul, Samain était assez loquace et bon vivant, la paire qu’il formait avec Beltaine était des plus explosive et distrayante.

Aller voir la mer.

Tout changea sensiblement dans le comportement d’Enelle ; l’espace de quelques secondes, elle redressa la tête. Surprise, d’abord, puis le doute et la perplexité éclairèrent successivement ses prunelles. Elle n’était jamais allée à la mer avec qui que ce fût d’autre. Il y avait quelque chose de personnel, dans son rapport à l’étendue houleuse. D’intime. Elle ne savait pas si elle pourrait pleinement s’adonner à sa contemplation en présence du duo de choc. Ou si au contraire, elle ne serait pas tentée de trop se dévoiler, par inadvertance. Était-elle vraiment d’humeur à entendre les chants s’accentuer dans sa tête ? Cette musique entraînante, triste et pleine d’espoir, ces milliers de voix qui, en présence d’eau marine, se montraient toujours plus audacieuse ? Serait-il malvenu, ensuite, qu’elle plongeât, qu’elle s’immergeât complètement et qu’elle savourât l’iode qui imbibait peu à peu sa chevelure.

Elle passa la langue sur ses lèvres au goût salé, détourna le regard.

Pourquoi hésitait-elle, au juste ?
Il n’y avait aucun mal à être soi. Elle avait le droit de sortir de ses automatismes.

Mais qui était-elle ?
Voilà une question qui la dérangeait plus. Parce qu’elle se faisait discrète et taciturne, personne ne savait qu’elle était amnésique. Elle devait garder ce genre de détails pour elle, d’après Elliott. Ne pas les ébruiter. Avec ou sans le Maire, elle aurait fait la même chose : se taire. Il y avait cet instinct de préservation en elle qui lui murmurait, encore et toujours, combien elle était différente. Et combien les différences pouvaient attirer l’animosité.

Elle reporta son attention sur la paire.
Elle pouvait leur faire confiance, non ?

« Volontiers. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samain Sidhorin


avatar


Âge du peronnage : 18 ans
Localisation : En vadrouille ~
Métier/Occupation : Garçon de cuisine/serveur à Ahea
Humeur : Curieuse


MessageSujet: Re: Le double et la demie.   Dim 2 Oct - 19:00

Samain et Beltaine, en parfaite synchronisation, comme ça le leur arrivait souvent - en dépit des apparences -, penchèrent la tête, chacun d’un côté opposé, étonnés par la réaction de la donzelle. La mer, c’était donc un sujet qui la faisait réagir ?

En parfaite contradiction avec lui-même, Samain douta un instant de vouloir y aller avec Enelle, mais avant même de savoir en quoi ça le gênait, l’impression s’envola. Il fronça les sourcils : et ça, c’était à elle ou à lui ? Il poussa un soupir exaspéré et chassa l’affaire de son esprit : quelle importance, au final ? Lui, il avait envie d’aller contempler l’océan et elle, si elle ne voulait pas, elle n’avait qu’à le dire, c’est tout ! Et… Il avait envie d’aller contempler l’océan ? Pourquoi pas, certes mais… Il leva les yeux vers sa collègue, la regardant par en dessous. Elle avait l’air… perplexe ? Indécise. Et ben quoi ? Elle cachait un trésor sur la plage ou quoi ?
Samain sentit Beltaine frissonner de plaisir rien qu’à l’idée, et se demanda quand est-ce qu’il avait bien pu refléter le gamin en très bas âge ayant refilé à son reflet des centres d’intérêts aussi puérils. Puis, comme Beltaine fronçait les sourcils et obligeait son véritable lui à le regarder, le reflétant jusque dans l’âme, Samain grimaça : bon… Ca venait de lui… Mais lui au moins, il savait que le fait était improbable, na !

Pour une fois, leur échange fut donc silencieux. Enelle passa sa langue sur ses lèvres, regarda ailleurs… Samain, à l’instar de Beltaine, sourit : la façon dont elle débattait intérieurement, en prenant son temps, sans le cacher, mais sans que l’on puisse deviner ses véritables préoccupations était en soit assez attachante. Sans qu’elle n’ait vraiment rien fait pour, les deux phénomènes de foire commençaient à bien aimer leur complice de plus tôt. Et quand elle revint à eux et accepta l’offre, elle fut accueillit par deux adorables sourires, purs, francs et simples.

- Allons-y ! Avant qu’il soit l’heure d’aller bosser, le patron risque de nous tirer les oreilles… Belt’, tu voudrais pas y aller à ma place ?
- Ha ! Je vois qu’au marché je suis consigné mais à l’auberge, non ?

Samain eut un éclat de rire enjoué et l’étrange trio se mit en marche. Repassant devant quelques étales avant d’obliquer vers la mer, Samain s’arrêta, hésita et en dépit des vociférations bruyantes de Beltaine acheta des algues à manger, surpris de découvrir que la chose s’achetait…

Le marchand regarda longuement s’éloigner ces deux jumeaux trop parfaits et si animés causant avec enthousiaste à une jeune femme qu’il ne put définir autrement que par « à part ».
- Elle ne m’a pas répondu ! s’insurgeait l’un, je veux savoir à quoi ressemble le potentiel !
- Tu nous ennuies, reflet bavard, si elle ne veut pas répondre, tu as juste à te taire !
Et le marchand pria pour ne plus jamais les revoir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enelle Stark


avatar


Âge du peronnage : Inconnu
Localisation : Sur la plage
Métier/Occupation : Serveuse à l'Auberge Ahea
Humeur : Enigmatique


MessageSujet: Re: Le double et la demie.   Lun 3 Oct - 7:00

Enelle cligna plusieurs fois des paupières, comme si elle venait de s’éveiller et cherchait à chasser les brumes du sommeil par ce simple geste. Ils allaient à la mer. Elle allait sentir le sable sous ses pieds, écouter les vagues s’échouer une à une dans leur danse paisible et sensuelle. L’idée lui plaisait, somme toute, et les dernières traces d’hésitations furent balayées comme les promesses inscrites sur la plage par la marée. Elle s’autorisa un infime sourire, spontané, assistant toujours au constant dialogue-monologue du drôle de garçon et de son reflet.

Alors comme ça, les algues, c’était un légume ?
La question tournicota quelques instants dans sa tête, tandis que son regard se posait sur l’étale plein de ces étranges choses vertes et iodées. Elle en huma le parfum, celui de profondeurs et du silence ouateux des tréfonds. Elle aimait cette odeur. En avait-elle déjà mangé auparavant ? Quel goût cela pouvait-il bien avoir ? Est-ce que ça se… cuisait ? Elle darda sur Samain un regard dubitatif : ce serait dommage qu’il s’empoisonnât tout de même.

Peu contrariante – et pour le plus grand soulagement du marchand – elle s’éloigna avec le duo composé du serveur et de son reflet. L’indignation et la curiosité de Beltaine – probablement l’écho de celles de Samain, non ? – la firent s’interroger à nouveau. Était-il possible de décrire le Potentiel ? Elle finit par se résoudre à secouer la tête, avant de lâcher, laconique.

« C’est… indescriptible. »

Rien qui ne pourrait satisfaire Beltaine, elle en avait peur. Il devrait s’en contenter.
Elle doutait, de toute façon, qu’une telle révélation doucha réellement l’enthousiasme de ses deux compères. Ils étaient tellement emplis de joie de vivre qu’il semblait impossible de les arrêter. Difficile de faire plus antagoniste comportement au sien, pas de doute là-dessus. Et pourtant, ils n’avaient rien d’agaçant à ses yeux ; ils égayaient plutôt ses observations et mettaient un peu de piment dans son quotidien, bien qu’elle ne le manifestât pas tellement.

De se gestuelle que trop ordinaire pour l’être, justement, elle tira une dernière fois sur sa cigarette et pressa le mégot entre ses doigts jusqu’à l’éteindre en faisant tomber les derniers brins de tabacs incandescents. Puis, elle dévia quelque peu de sa trajectoire pour l’y jeter dans une poubelle. La tendance écologique d’Enelle lui était tout aussi incompréhensible que la plupart de ses habitudes. Foutue mémoire.

Elle releva le nez sur Samain et Beltaine, à quelques pas devant elle. Plus loin, dans la lueur crépusculaire, les Allées Marchandes descendaient jusqu’au Port. L’activité grouillante de la foule, les dryenois se faufilant jusqu’à chez eux pour entamer une soirée de repos bien méritée, tout ces détails contribuaient à la vie quotidienne de l’île. Et quelque part, Enelle appréciait ça. De trois grandes enjambées, elle se remit au niveau de son – ses ? – collègue ; l’odeur des algues que transportaient Samain lui chatouilla agréablement les narines. En fin de compte, elle avait hâte d’y être, à la mer. Et déjà, l’écho des vagues lui parvenait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Uen


avatar




MessageSujet: Re: Le double et la demie.   Lun 3 Oct - 16:04

Terminé.
La suite, c'est par ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://al-dryen.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Le double et la demie.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le double et la demie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'île d'Al Dryen :: La ville :: 
Allées Marchandes
-