AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Sund vous observe...
 

Partagez | 
 

 Who's gonna win ? [PV Temset~]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chazee Vincentius


avatar


Humeur : Nébuleuse ~


MessageSujet: Who's gonna win ? [PV Temset~]   Dim 25 Sep - 18:52

Le silence environnant qui planait à ses oreilles amplifiait sa concentration. Toutes ses pensées étaient donc rivées sur une seule et même problématique : écaille de travers. Merde. Dans le bas du dos reptilien plat, entre deux excroissances cornues. Pile là où son long goinfre se rend avec difficulté... Mais c'était sans doute une excuse pour tenir la forme de caïman aussi longtemps que possible en guise d'entraînement basique, ou simplement parce qu'elle se plaisait à sentir la puissance d'un gros reptile dans chacun de ses mouvements souples. Un peu des deux. N'empêche, cette écaille était drôlement agaçante avec son picotement irritant.
Chazee se roula encore une fois lourdement sur la berge du lac, gigotant sur le dos, claquant de ses immenses mâchoires dans l'air forestier. Toujours aucun résultat.

Malgré ce petit inconvénient, la journée avait été relativement belle : la mer s'était faite clémente pour les activités du port dans la matinée, les vents doux au zénith et le ciel clair pour cet après-midi. L'air n'était pas humide, à son grand bonheur – l'humidité fait reluire les écailles de manière désagréable. Elle s'était réveillée, quelque part dans son jardin immense, roulée sur elle-même sous un bosquet de marguerites. Bon, pas trop la classe me direz-vous, mais prenons en compte qu'elle était alors métamorphosée en louve – la chose paraît plus plausible. Ainsi, elle s'était faufilé hors de son petit nid et infiltrée chez elle pour se faire une toilette de dame, pour ce qu'elle prenait pour une toilette digne de ce nom. En résumé, aucun pépin : ni domestique casse-pieds ni mère silencieusement outrée ni absence révoltante de noix de cajous dans le garde-manger. Personne ne lui avait même demandé d'intervenir auprès de qui que ce soit au port; chose rare. La plus part du temps, elle devait aller en gronder quelques-uns, ce qui l'amusait, inutile de se le cacher; mais ce jour-là, le cœur n'y était pas.

Non, ce qui l'interpelait, c'était le lac. Alors s'y était dirigée en digne bipède, quoiqu'avec quelques écarts – une dame avait été très surprise de trouver un crocodile dans sa cour – mais sans rien de trop remarquable. La traversée de la forêt avait été plaisante. Les brindilles craquant sous chacun de ses pas, le frémissement des feuilles à son passage, l'envolée des oiseaux à l'approche d'un prédateur potentiel. Et ils avaient raison, d'un certain côté. Là n'était pas la question. Aujourd'hui, ce n'était pas la chasse qui la guidait vers le lac; c'était l'envie d'eau douce, d'absence d'humains et d'efforts de citadin. Et jusqu'ici, tout allait bien.
Chazee, déterminée à soulager son dos de cette satané écaille sans avoir recours à la métamorphose, s'immobilisa un instant. D'accord, elle était hors de portée – mais elle n'allait pas se laisser abattre. Lentement, elle entra dans l'eau, savourant son contact frais. Dès qu'elle fut immergée assez profondément pour que son écaille soit elle-même inondée, la démangeaison fut apaisée. Un frisson de plaisir la fit onduler dans le lac puis elle y plongea. Ses yeux de reptiles distinguaient la faune et la flore luxuriante du bassin, colorée à souhait et ravissantes par leur ballet lent et constant. La jeune Vincentius progressait lentement pour éviter la dépense d'énergie, laquelle elle sentait déjà chuter. Elle constata l'étendue limitée de son pouvoir avec exaspération. N'importe quoi.

Change-forme ou pas, l'air reste indispensable; elle émergea donc à la surface, les écailles perlées de gouttelettes et les narines à l'air libre. Elle donna un violent coup de queue à l'eau en une ultime tentative de faire tomber l'écaille récalcitrante. L'atmosphère tranquille des lieux s'en retrouva troublée pendant un bref instant puis le bruit se mua en clapotis discrets. Puis le grondement du caïman s'éleva, suivit de l'entre-choc violent de puissantes mâchoires et l'immobilité totale.
Ses iris verticales scrutèrent les bois. Il y avait... quelque chose. Enfin, soyons concis : quelqu'un, plutôt. La surprise avait intérêt à être plaisante, parce que son but ici était de ne pas être dérangée et à l'évidence, ce monde détestable jouait toujours contre elle. Aucun camp politique, une vision des choses différente, des mœurs différentes, elle ne se sentait aucun lien avec ces gens. Elle doutait que l'on croit vraiment à la présence d'un caïman sauvage sur une telle île. Si elle était inconnue à l'intrus, celui-ci, s'il avait la moindre jugeote, croirait à un charme.
Peu importe; avec tout cela, elle se sentait menacée. Ne pas savoir est la pire chose en cas d'affrontement. Disons aussi que les alliés n'abondent pas pour elle – il était très peu probable que ce soit un espèce de bienfaiteur sorti de Uen sait où espérant l'enrôler dans une secte trop corrompue à son goût. Et si elle maintenait sa transformation, d'ici peu, l'épuisement la terrasserait.
Chazee atteignit la berge, y prit pied et reprit sa forme originelle. Un espèce de soulagement généralisé au relâchement de son pouvoir l'envahit. Elle grattouilla vaguement le bas de son dos, dénuée de sa précédente détermination à y parvenir sous forme crocodilienne.
Trempée, méfiante, elle figea, accroupie. Ses prunelles cyan s'effilèrent. Elle écarta une mèche collante de la commissure de ses lèvres et redressa ses épaules en position de défi.

« Ce n'est pas parce que je ne te vois pas que ton odeur ne me parvient pas. »

Une pointe de cendres, un peu de parfum floral, des restes de la ville et de ses activités. Une femme.

Chazee Vincentius grimaça. De pire en pire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nailah Temset


avatar


Âge du peronnage : 22 ans
Localisation : Dans l'ombre de Sund
Métier/Occupation : Chef des Syas & Couturière
Humeur : Aguicheuse~


MessageSujet: Re: Who's gonna win ? [PV Temset~]   Mar 27 Sep - 20:02

L’ennui lui collait à la peau, moite et insidieux, démon constant ; il rongeait ses pensées comme il s’infiltrait par ses pores, lui rendait l’existence agaçante. C’était une journée trop ordinaire – comme de si nombreuses depuis quelques temps. Pourquoi diables les Rebelles étaient-ils si sages ? Ah, ils pleuraient probablement – encore et toujours – le célébrissime James Catterson. Bien. Alors, pourquoi donc l’Organisation des Syas manquait-elle de piquant ? Ah, oui. Elle devenait tout de suite moins illégale quand le Tyran lui-même en tirait les ficelles. C’était plutôt évident. Pas de missions, pas de divertissements, pas de brasiers… Voilà qui était bien morne.

Nailah s’était donc rendue dans sa boutique. Faisant preuve d’une patience assez singulière pour quelqu’un de son caractère, elle entreprit de poursuivre ses dernières créations pour l’automne ; l’aiguille et le fil dansaient entre ses doigts, outils propre à la création, le tissu, capricieux et sublime, bruissait entre ses mains habiles dans la silencieuse boutique.
Et aucun client ne venait.
Fut un moment où l’attente se fit trop longue, l’atmosphère trop lourde. Là encore, elle avait la réponse à ses interrogations. Les dryenois n’avaient pas de raison d’acheter ses vêtements dans l’immédiat. Malgré l’automne approchant, le temps était clair et doux : inutile, alors, de dépenser son argent outre mesure, quand la saison demeurait propice aux économies. Rien n’allait plus pour cette tendre vipère.

Un dernier soupir indiqua les limites atteintes ; les réserves de patience prônées plus tôt s’avéraient pauvres et le tempérament ardent de la jeune femme reprit le dessus. Elle délaissa ses le lourd tissu du manteau inachevé avant de se diriger d’un pas impérieux vers la porte, qu’elle verrouilla. Puis, discrètement, elle usa de son pouvoir et tissa sa toile. Des milliers de fils reliés les uns aux autres, invisibles à l’œil nu ; un sort antique aux multiples runes qui, suffisamment alimenté, carboniserait quiconque essayait d’entrer par effraction. Comme elle se trouvait là avant même qu’elle acheta l’échoppe, Nailah pourrait toujours prétendre à une magie défectueuse dont elle ne connaissait même pas l’existence.

Un rapide coup d’œil dans le miroir et elle secoua la tête. Ce n’était certainement pas en ville qu’elle allait trouver le moindre amusement – les Tréfonds eux-mêmes se faisaient bien morose, ces derniers temps – et s’il lui fallait crapahuter quelque peu, aussi grande dame fut-elle, elle ne pouvait décidément pas restée perchées sur ses talons vertigineux, pas plus que risquer la délicate existence de la soie de sa robe. Dans l’arrière boutique, elle se dévêtit, dissimulant son corps nu aux curieux et sélectionna quelques autres de ses créations tant adorées. Elle opta pour un pantacourt moulant – qui mettait en valeur sa silhouette et dont la couleur ébène rappelait celle de ses cheveux – des cuissardes de cuir à talon plats dont la solidité n’était plus à prouver – un indispensable quand on devait s’intégrer à l’Armée de Sund – et un haute sage au gris assorti, sans manche mais doté d’un col haut. Satisfaite du résultat, elle retira ses boucles d’oreilles créoles et rassembla ses cheveux en un chignon lâche. Enfin, elle s’autorisa à sortir.

Elle arpentait les rues de son pas souple et félin, attirant les regards sans pour autant les rendre. Son esprit vaquait à une occupation bien plus importante : par où commencer ? Elle comptait bien faire une ronde dans la forêt, s’approcher peut-être de la Cité si elle ne tombait pas sur le camp Rebelle. Oui, la Cité des Ronces. Elle était fascinée par cet endroit, ses murs que la magie empêchait de toucher, ses lourdes portes en fer forgé dévorées par le lierre. Et cette magie, si puissante, si terrifiante dans ses entrailles ! Chaque fois, la curiosité la submergeait, pour devenir ensuite frustration. Mais elle ne pouvait pas s’en empêcher.

Bientôt, la ville fut loin derrière elle. L’orée disparut à son tour, pour laisser place aux chemins sinueux pourtant très pratiqués, qui menaient au lac comme au temple. Nailah demeurait attentive aux bruits alentours, en particulier les oiseaux. Elle aimait les oiseaux ; ils pouvaient voler, eux ! Hélas, ils étaient plutôt absents, en ce soir. Étrange. La jeune femme ne s’en outra pas pour autant : craintives, ces bestioles avaient pu fuir quelque chose de plus intéressant.

Le clapotis singulier l’informa d’une baignade. Mue pas son éternelle curiosité, elle s’approcha de la rive, laissant derrière elle les frondaisons drues et bruissantes. Elle se pencha et, tout en restant à une vitesse respectable observa quelques secondes.

Oh oh !
Mais c’était qu’elle connaissait l’animal ! Une telle créature n’était pas vraiment dans son milieu sur Al Dryen. Par contre, elle connaissait une change-forme qui avait usé de cette forme en se donnant en spectacle lors d’un Bal… Bien entendu, elle songea un moment qu’il s’agissait d’une autre personne – un charme, un autre change-forme, un rêve-dessin ou elle ne savait quelle projection potentiellesque. Son instinct comme sa mémoire lui soufflaient le contraire.

Et alors qu’elle était démasquée, Nailah s’avança, pour faire à la femme qui avait émergée, cachant derrière un masque froid sa moquerie grandissante. Oh, cette chère Vincentius… Elle se demandait, parfois, ce que cela pouvait faire de faillir à Sund. Ou de vivre l’épreuve de l’Embrouilleur.

L'onyx darda le cyan.
Oh, oui, elle avait hâte de voir le résultat.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chazee Vincentius


avatar


Humeur : Nébuleuse ~


MessageSujet: Re: Who's gonna win ? [PV Temset~]   Sam 1 Oct - 21:59

À certains moments, on se croit chanceux à cause d'un quelconque enchevêtrement de circonstances plutôt plaisantes; à d'autres, on croit en une malédiction pure et simple pour un seul accrochage. Il y avait là, debout et fière, détrempée, Chazee Vincentius qui toisait cette familière inconnue, les pieds toujours dans l'eau. La caresse paresseuse du lac sur ses chevilles l'enchaînait doucement à sa propre conscience – chose agréable devant un imprévu de la sorte. Elle sentait ses talons s'enfoncer petit à petit dans le fond sableux, ce qui lui valut une position inégale, peut-être involontairement provocante. C'est drôle, mais à cet instant, son instinct lui chuchotait à l'oreille que ce n'était pas la chance qui avait provoqué cette rencontre. Cela sentait davantage le karma ou quelconque autre truc détestable du genre. Cette femme, face à elle, réveillait un écho sonore dans sa mémoire; alors pourquoi, hein, pourquoi n'arrivait-elle pas à mettre un nom sur ce visage d'une délicatesse hautaine ?
Elle était grande, quoique moins qu'elle, plus élancée, aussi – une beauté, certainement. Cela ne provoquait pourtant aucune jalousie en Chazee; une louve envie-t-elle sa voisine pour sa fourrure ? Allons. Mis-à-part l'attrait esthétique, la froideur tout juste adoptée par le masque sans faille de sa vis-à-vis ne parvenait pas à cacher l'odeur putride de vilenie à l'odorat de la change-forme. Cette femme, elle empestait la discorde, l'affrontement. Elle puait la manipulation féminine et le charme empoisonné. Quel merveilleux appât pour homme elle devait faire, cette dame – jamais conquise, plutôt conquérante.

En résumé, ce qui hérisse la méfiance de toute autre représentante de la gente féminine digne de ce nom. Chazee eut un frisson de soif suave; elle n'y croyait pas, à cette mascarade. Soif de vérité, soif de la voir retirer son aura factice d'indifférence.
La belle blanche retroussa légèrement la lèvre supérieure en une grimace désabusée, tiqua du menton et carra les épaules en un geste davantage plein de ferme sauvagerie que de grâce. Plutôt embrasser une vipère aspic que de faire confiance à cette personne. Sa position potentiellement ridicule n'enlevait rien au tableau – elle n'était pas de celles qui étaient dérangées par son environnement.
Elle ne s'accorda pas le loisir de bouger. Elle préférait plutôt voir l'ennemi – parce qu'elle était bien tout sauf une proie – faire le premier pas. Si cette intruse croyait l'avoir avec cette expression de glace, eh bien, quelle belle stupidité de sa part. On ne peut être très naïf si l'on est excessivement méfiant, voyons.

« Va-t'en donc, que l'on évite de faire trop d'éclaboussures et d'effrayer les poissons. »

Utile de dire que Chazee doutait sérieusement qu'elle soit là, tout bonnement, en paix ?
Puis un sentiment, doucereux, sordide, s'éleva en elle. Le saphir de ses iris devint une mince fente, ses cils blancs en accentuant l'intensité; un jeu. Jouer. L'attaquer, ce ne serait pas une solution ? Ne la menaçait-elle pas, par son existence propre ? Quoique les meurtres, dernièrement...


« Ou reste, ne sois pas timide. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nailah Temset


avatar


Âge du peronnage : 22 ans
Localisation : Dans l'ombre de Sund
Métier/Occupation : Chef des Syas & Couturière
Humeur : Aguicheuse~


MessageSujet: Re: Who's gonna win ? [PV Temset~]   Dim 2 Oct - 6:48

Souvent, l’embrouilleur lui avait dit de ne pas trop jouer avec ses « patients ».
Ne pas titiller leur mémoire à outrance, ne pas les provoquer, ce genre de choses qui pourraient irrémédiablement les faire basculer dans une folie destructrice, pour eux comme pour les autres. Ce genre démence dont seule la douleur pouvait être instigatrice. Mais n’était-ce pas si tentant ? N’avait-elle pas rien à craindre ? L’idée, suave et pétillante, folâtrait dans son esprit pour tenter de la charmer.

Timide, elle ne l’était pas.
Chanceuse, elle pensait l’être. Avoir trouvé une telle source de distraction allait s’avérer d’un délice ! Nailah était bel et bien d’humeur à ne pas se laisser submerger par la colère, elle se sentait calme, observatrice, comme devant un cobaye. Et c’était un peu ça, après tout, elle n’avait jamais eu l’occasion de revoir Chazee en l’espace d’une année et ignorait ce qu’il advenait des déserteurs – elle avait bien assez à faire comme ça avec ses « troupes » parfois un peu désordonnées et les caprices saugrenus tout droit sortis de l’esprit ô combien fertile de Sund.

Du coin de l’œil, elle repéra une souche, large et sèche, où elle décida de s’installer, croisant ses jambes vertigineuses et posant ses paumes sur le bois avec nonchalance. Une position qui n’avait rien de défensive, tant l’insouciance et l’assurance transparaissait dans ses gestes. Elle pouvait se le permettre, tant le Feu irradiait en elle, prêt à se plier à la moindre de ses volontés. Et ce contraste avec Chazee, si sauvage et guidée par ses instincts la faisait doucement sourire.

D’une voix douce et goguenarde, Nailah s’exprima enfin, impatiente d’épier la moindre des réactions de son ancienne subalterne – quoi qu’elle doutât que le mot convint, tant cette femme était absolument impossible à raisonner.

« Bonjour, Chazee. »

Il y avait quelque chose dans son ton de traînant, comme si elle savourait l’expectative à chacune de ses syllabes, ce frisson de curiosité l’étreignant un peu plus. Si son regard demeurait dur et froid, un sourire en coin indiquait combien elle comptait sur cette rencontre. L’amusement n’éclairait pas encore ses prunelles sombres, mais cela ne saurait tarder, elle le savait.

N’allez pas croire à un manque d’attention de la part de Nailah – c’est bien entendu volontairement qu’elle avait prononcé le prénom de la jeune femme, cette riche héritière anciennement dévouée au Maître. Elle se fichait bien, dans le fond, de la santé mentale de Chazee, quoi qu’elle ne désirât en rien désobéir à Sund. Elle se contentait donc de cette toute petite provocation, le prénom, qu’elle n’était pas sensée connaître si elles ne se connaissaient pas. Pas assez pour vraiment agacer sa mémoire, suffisamment pour lui faire comprendre qu’elle savait quelque chose.

De la pointe du pied, elle poussa un peu de terre, savourant, lascive, l’attente de la réaction. Elle replaça distraitement une mèche folle qui s’échappait de sa queue de cheval et une brise vint agiter le reste de sa chevelure ondoyante. Quel temps agréable, n’est-ce-pas ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chazee Vincentius


avatar


Humeur : Nébuleuse ~


MessageSujet: Re: Who's gonna win ? [PV Temset~]   Ven 14 Oct - 2:14

    L'esprit peut, en un quart de seconde, enchaîner des dizaines de raisonnements, aboutir à quelques conclusions éparses et faire un survol large des connaissances acquises; ce qui amena, tout rapidement, Chazee à se demander le plus normalement du monde : comment se faisait-il qu'elle connaissait son nom ? Donc, ici, le cerveau effectua une brève analyse de la chose : combien de personnes connaissaient son nom sans qu'elle ne daigne même vouloir apprendre le leur ? Plus que quelques-uns; tous ses subalternes du port, sans exception, devaient la connaître – seul hic, la belle dame juste ici n'était certainement pas une ouvrière. Et après tout, elle ne sentait pas le poisson. À part cela, quelques bourgeois la connaissait pour sa fortune; quoi qu'étant assez marginale, l'accoutrement de l'inconnue ne rappelait en rien la haute société... de réputation, alors, peut-être. Le doute entourait cependant largement cette idée, à son grand mécontentement. Une fois encore, elle se butait au mur frustrant de sa mémoire défaillante, face au vide le plus absolu, une absence totale de souvenirs. Et donc, tout cet enchevêtrement de réflexions se refléta en un léger tic de la bouche ainsi qu'un mouvement méfiant de la tête.

    Ce n'était pas une première – elle en oubliait souvent des bouts, surtout dans les moments de noirceur, de folie. C'était une lacune commune, pas de quoi lui faire perdre la boule. Pas encore, du moins.
    L'inconnue s'était assise, calmement, comme prompt à une conversation qui mènerait sans doute nulle-part. Ce comportement la laissait un peu indécise et elle resta bien évidemment à l'affût; feindre le calme est une stratégique aucunement inédite.

    Ses pensées humaines la menant à l'évidence dans un impasse, son pouvoir prit tranquillement sa conscience en main et sa vue se brouilla un instant pour se muer en celle d'une louve méfiante; ainsi, le plus naturellement du monde, son corps de femme se muta de manière fluide en celui d'un canidé au pelage argenté, sein. De ses yeux fauves, elle toisa un bref instant la dame sombre assise sur une souche le plus calmement du monde. Un grondement sourd s'éleva brièvement de son gosier, puis la bête posa les pattes hors de l'eau une après l'autre, légère comme une plume. Elle se dirigea sans quelconque émotion ou hostilité apparente, guidée par son instinct, vers sa vis-à-vis. Des odeurs de perfidie et d'attente lui coulaient sous le nez, se succédant paresseusement. Chazee resta néanmoins à une distance respectable. La queue entrelacée dans les pattes, puis dans les airs, signe de son indécision. Quelle attitude adopter face à un prédateur qui se veut... civilisé ?
    Elle secoua la tête comme un chiot et sans plus s'ébrouer reprit ses distance pour se positionner, assise, face à l'étrangère.

    La fourrure laissa place à la beau pâle comme février et le regard circonspect de Chazee Vincentius se posa pile sur l'autre, plus sombre, plus secret. Une angoisse lui montait à la gorge. L'immobilité commençait à lui donner des fourmillements aux jambes. Elle carra les épaules, armée d'une détermina oscillante et tenta de se remémorer ces attitudes calculées que les bourgeois adoptent.

    « Bonjour. »

    On avait déjà vu mieux. Sa voix dégoulinait d'appréhension, d'un écho de jeunesse lointain et d'une sale habitude de se faire désagréable. Elle serra les dents un instant puis :

    « Les politesses m'ennuient. Qu'est-ce que tu veux, pour te montrer si attentive, petite dame ? »

    Personne n'est parfait, donnons-lui une chance. Ce n'était au moins pas très insultant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nailah Temset


avatar


Âge du peronnage : 22 ans
Localisation : Dans l'ombre de Sund
Métier/Occupation : Chef des Syas & Couturière
Humeur : Aguicheuse~


MessageSujet: Re: Who's gonna win ? [PV Temset~]   Dim 23 Oct - 11:50

Un rire naquit de la gorge de Nailah, cristallin et sincère. Quand bien même aurait-elle tenté de stopper son hilarité, elle n’aurait pas pu. La situation était d’un comique délicieux. Chazee, si fière, si farouche, si bestiale… oh, cette pauvre petite, elle n’avait probablement conscience de rien. C’était juste plaisant de voir combien une femme de son acabit pouvait être plongée dans l’ignorance. Combien le ridicule pouvait lui coller à la peau.

Il fallait dire aussi que notre vile Nailah n’avait jamais apprécié la Vincentius. Trop extrême dans son dévouement, elle idolâtrait Sund d’une démence encombrante. Imprévisible et agressive, complètement incontrôlable, défiant probablement toute autorité. Le genre de comportement que la chef des Syas ne pouvait pas vraiment tolérer. Elle faisait partie de ces électrons libres trop dangereux, qui demandaient bien trop d’attention et de surveillance. Et si elle avait pu se montrer utile en son temps, jamais elle n’aurait consentit, plus tard, à servir de chair à canon. Véritable intelligence ou instinct de survie ? Nailah l’ignorait, et, quelque part, s’en fichait éperdument.

Et ce « petite dame »… Voilà ce qui avait vraiment amusé Temset. Son ignorance, son mépris, son rang ? Tout cela passait-il donc par cette simple remarque ? Où la considérait-elle aussi insignifiante qu’une proie ? Car après tout, Nailah n’avait rien d’une petite, avec ses traits altiers, ses longues jambes fuselées, sa taille de mannequin et son rang élevé. Si elle devait y percevoir une insulte, elle ne s’en offusqua pas. Elle voulait jouer, et, dans ces moments là, se laissait peur emporter par son caractère enflammé. Parce qu’elle aimait faire feu de toutes ses étincelles, elle se plaisait à provoquer d’abord, à garder son calme, à rester froide et calculatrice. Elle testait ses limites autant que celles de son interlocuteur. Douce et grisante était la provocation, dangereux était le jeu. Et cela chassait l’ennui. Là, elle n’avait pas peur, mais si elle en venait à provoquer cette bête, et bien, elle serait face à un danger certain. Ce même danger qui ferait grandir le brasier en elle, qui la pousserait à user de ses pouvoirs et raccourcir un peu plus son existence ; elle sentirait ce frisson d’adrénaline la parcourir en même temps que le Potentiel, elle se sentirait juste puissante.

Le Pouvoir.
N’était-ce pas un atout diablement tentant ?

Elle cessa de rire, afficha un sourire mielleux et retint l’étincelle qui menaçait d’embraser son regard ; ses prunelles d’onyx devenaient toujours incroyablement claires lorsqu’elle usait de son Potentiel débridé par le Maître.

« Attentive ? Allons, allons, Chazee, tu ne te souviens pas de notre soirée ? Cela faisait si longtemps… »

Nailah avait opté pour une vérité voilée. Inutile de lui mentir, à cette bestiole, son instinct aurait vite fait de la titiller, bien qu’elle fût dépourvue de souvenirs de cette faste époque. À vrai dire, elles avaient bien festoyé ensembles, porté un toast à Sund lors d’une cérémonie au château. Elles ne s’appréciaient guère pour autant, mais cela n’avait nulle importance. Ce qui comptait, c’était que remontent en elle des brides de souvenirs suffisantes pour qu’elle fût en mesure de la glisser dans la catégories des vagues connaissances ; le pouvoir de l’Embrouilleur devrait faire le reste. Avec quels autres souvenirs relierait-elle donc le tintement des verres ? Comment le flou de son esprit allait-il voilé son regard ? Voilà ce qui intriguait véritablement Nailah. Pas question de la pousser au-delà de ses limites pour autant, elle ne voulait pas non plus se retrouver avec un tel poids.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chazee Vincentius


avatar


Humeur : Nébuleuse ~


MessageSujet: Re: Who's gonna win ? [PV Temset~]   Dim 23 Oct - 22:07

    Qui, en ce bas monde, osait encore l'appeler tout bonnement « Chazee » ? On avait eu droit, par le passé, à sale bête, détraquée, folle, créature maudite, Mlle Vincentius ou encore madame pour les effrayés – mais Chazee, à ce point, même sa propre mère évitait soigneusement de les prononcer ces deux syllabes; la notion d'amitié reliée à cela était trop risquée. En plus, elle avait ri. Rire, comme ça, sans très grand éclat mais bien percevable, ça avait toujours été un signe d'hypocrisie pour la change-forme; notez que tous les bourgeois s'adonnaient à cette petite parade d'hilare fausseté. On se foutait vraiment de sa gueule, par ici.
    La belle blanche fronça le nez en une grimace blasée, de moins en moins enthousiaste face à la situation.

    Puis les paroles de l'étrangère allumèrent une flamme, quelque part, dans un endroit où le vide n'était pas sensé donner naissance à quelconque lumière. Donc... son impression n'était pas mauvaise, elles se connaissaient bel et bien. Chose certaine, Chazee ne devait pas être bien friande de sa compagnie. Depuis le début, tout ce qui la traversait en sa présence était frisson d'appréhension et de haine endormie. Une soirée, hein ? La lumière festive, le picotement de l'alcool dans sa gorge, les verres qui s'entrechoquent ainsi que les rires rustres de la compagnie environnante. Ce qui revint à sa mémoire avait été soirée saupoudrée d'un enivrement modéré accompagnée d'une dame, en effet, qu'elle se peinait à se souvenir. Mais ça ne pouvait être elle. Impossible. Cette soirée-là, la femme qu'elle noyait sous les cocktails et une vile flatterie avait finie en lambeau, ou du moins mal amochée, derrière le bar – l'avait-elle éteinte ? Aucun moyen réel de savoir, elle avait perdu la tête. La jouvencelle et sa mensongère innocence l'avait irritée dès son entrée dans la pièce puante. Si cette petite victime avait, par miracle, survécut... ce ne pouvait être elle, voyons. Elle aurait le visage déformé, ou tout du moins couturé de cicatrices, une épaule un peu désaxée. Le goût aigre de son sang sur sa langue était un aspect encore clair, pourtant, dans sa mémoire – celui de la dame lui faisant face au moment présent devait être autrement plus bouillant, raffiné et vieilli. Comme un bon vin du château...

    Château ?

    Quel... château ? Elle vivait dans un manoir, c'était quoi cette idée stupide ? Une boule de colère commençait à lui montée à la gorge, profondément exaspérée par toutes ces questions, ces détours inutiles, ce jeu sans vérité frappante. La franchise, personne ne connaissait, par ici ? Mais non. Et il fallait qu'elle tombe sur une grande folle avec un sourire de bâtard pour la faire sortir de ses gonds. C'est toujours quand on cherche à être tranquille pour une fois qu'on vient vous chercher pour vous faire faire des péchés à outrance – encore.
    Quel château ?! Le seul à proximité était celui de... de... de qui exactement ? Une seconde. Ses poings se crispèrent. Un espèce de roi sans honneur vivait là-bas. Pas quelqu'un digne de sa considération. Alors pourquoi s'y serait-elle un jour rendu, par dieu ? Elle y était allé. Son Pouvoir le lui chuchotait. Elle s'y était rendue. Cette femme, elle l'avait défiée crument, d'un côté à l'autre de la table, opposant son absolu rudesse de propos à la mielleuse vilenie des siens. Il n'y avait eu que cette putain pour éveiller une bourgeoise convenablement calme dans sa violence en Chazee. Putain ? Encore un mot venu de nulle-part ? Pas se souvenir, d'accord, mais des bribes comme ça, par après ? Bordel !

    Chazee Vincentius baissa le menton, ravala son Pouvoir d'instinct et ses joues prirent une courbe douce de demoiselle tout comme sa bouche – dans ses yeux brûlaient toujours l'âme bestiale, mais le reste était néanmoins soudainement poli.

    « Une soirée, hein ? Ma mémoire doit être excessivement sélective, puisque je ne me souviens de rien. Ce devait être vivement désagréable. »

    Ses lèvres se courbèrent quasiment en un sourire joli, le tête inclinée, ses cheveux libres s'élançant par mèches contre l'arrête de son nez.

    « À moins que vous ne soyez de celles que j'ai éviscérées, après des festivités bien arrosées ? Une survivante ? »

    La voix convenable aurait été un ton bas, menaçant, rauque. Une note vibrante de haine, un souffle transi de répugnance. Tout le paradoxe Vincentius est là : un ton d'une politesse à la justesse sans faille. Des inflexions de véritable femme de société. On se souvient, une fois le moment sanglant oublié, au combien O'Honoura pouvait se montrer être la plus digne des courtisanes, la plus recherchée des dames; au combien elle avait été un espoir saillant de haute société, un joyau de tact, tenue et sobriété. Conquise par la sauvagerie fut la plus réputée des prétendantes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nailah Temset


avatar


Âge du peronnage : 22 ans
Localisation : Dans l'ombre de Sund
Métier/Occupation : Chef des Syas & Couturière
Humeur : Aguicheuse~


MessageSujet: Re: Who's gonna win ? [PV Temset~]   Mar 25 Oct - 16:02


Une colère délicieuse et embrasée naquit en Nailah, douce et suave comme une flamme timide en hiver. Juste une contrariété, pas de ces brasiers dévastateurs induits par la rage ou le feu vicieux de la reine. Il y avait une certaine cordialité dans la tonalité de la colère de la couturière, une cordialité fair-play. Oh, il ne fallait pas non plus la qualifier de la sorte, il ne s’agissait là que des règles du moment, correspondant à son humeur taquine plus que dévastatrice. Pourquoi briser un jouet si amusant quand on pouvait le laisser brûler à petit feu, lentement, se réjouir de sa cuisson parfaite ?

Les traits altiers de Nailah se fondirent en une moue moqueuse et amusée. Elle se leva, baissa les yeux sur sa silhouette que beaucoup trouvaient divine de grâce et volupté ; ses longs cils ombraient alors ses pommettes quand la lumière daigna filtrer à travers les frondaisons de la forêt. Elle souleva avec délicatesse son haut gris flanelle, le tissu révélant alors son ventre plat et lisse, à la peau douce. Alors, seulement elle releva les yeux vers cette chère Chazee et haussa les épaules, ses prunelles ne perdant rien de leur éclat narquois.

« Et bien, il semblerait que je sois vierge de toute pratique visant à m’éviscérer. »

Elle laissa retomber le coton flanelle sur son ventre et glissa ses mains dans les poches arrière de son pantalon court, nonchalante. De toute manière, elle n’avait en aucun cas besoin d’être libre de ses mouvements pour faire face au danger, le pouvoir naissait de tout son être. Et, en cas de danger réel, elle ne doutait pas vraiment que son don de prescience se déclenche malgré elle. Ce pouvoir était des plus étranges, selon elle. Le futur, on avait beau le deviner, on ne savait tout simplement pas d’où ça venait. Elle ne serait même pas étonnée qu’un jour, quelque savant déduise, preuves à l’appui, qu’elle faisait un bond dans le futur pour ensuite revenir à l’instant présent, imprégnée du souvenir. En fait, elle trouvait ça carrément plus grisant que la simple idée d’entrevoir ce qui allait se produire. Une fois débridé, ce potentiel pouvait être amusant, non ? En voyageant dans le temps, elle pourrait changer tout un tas de choses puis contempler les conséquences, si désastreuses purent-elles être.
Amusant.

Nailah fit quelques pas assurés malgré l’humidité du sol à proximité du lac, légère et déterminée. Sa longue chevelure relevée en queue de cheval oscillait dans son dos, effleurant ses épaules. Quelque chose était à savourer, là. Le danger, ce sentiment, cette vilaine sensation qu’on allait trop loin. Et elle était la mieux placée pour deviner ce qu’il advenait lorsque l’on jouait avec le feu…

D’ailleurs, peut-être avait-elle un peu abusé en s’amusant avec les souvenirs embrouillés de la Vincentius. L’Embrouilleur oserait-il lui en tenir rigueur ? Ou bien serait-il plus craintif, son audace alors que façade et grandiloquence ? Une question dont la réponse viendrait, elle espérait. Qu’elle avait hâte ! Et, quel châtiment lui réserver, dans quel jeu l’impliquer ?

Elle repoussa ses pensées encombrantes pour reposer le regard sur la créature farouche qui lui servait d’interlocutrice pour l’instant. Aussi pincée fût-elle, elle et son langage guindé et agressif, son instinct horripilant et sa folie omniprésente.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chazee Vincentius


avatar


Humeur : Nébuleuse ~


MessageSujet: Re: Who's gonna win ? [PV Temset~]   Ven 14 Déc - 2:35

    Ce petit geste, si simple et mineur, confirma tous ses instincts et préjugés : la grande prétentieuse souleva son chandail, exposant son ventre; seul une personnage d'une grande vanité aurait utilisé preuve à l'appui pour un tel commentaire. Celle qui se montre sans que l'on puisse toucher, l'objet d'art futile que l'on oublie sur la cheminée, la statut de marbre sur la tête de laquelle on dépose notre manteau dans le hall. L'inconnue fut bien vite classée dans cette catégorie singulière de chose ayant cet espèce de trop-plein d'apparence. Cette femme, peu importe dans quel domaine elle pouvait bien agir, c'était César et ses conquêtes, avec toutes les ambitions qui le perdit au plus haut de sa gloire; seulement, elle, ses conquêtes, c'était des hommes et des femmes sur lesquels elle avait eu le dessus, et bien sûrement habituée à ce système, ne tenterait-elle pas de mettre la petite louve dans sa cour? Mise en laisse, bien calmement couchée dans sa niche, attendant qu'on lui dise de mordre? Ce n'est pas par la force que l'on acquiert le respect d'une cinglée. C'est bien au gré de l'illogique pensée de celle-ci. Et jusqu'ici, cette pimbêche, elle lui déplaisait de A à Z. Et elle aurait mise sa patte au feu que c'était d'avis partagé.

    « Et bien, il semblerait que je sois vierge de toute pratique visant à m’éviscérer. »

    La garce. Le visage de la Vincentius n'avait pas cillé, son regard n'avait pas bougé. Certaines auraient brûlé de jalousie. Certains auraient été tout bonnement fortement motivés. Elle, son imagination lui offrit une blessure, une plaie; l'apparition progressive du trait sanglant, en un gracieux dégradé de rouge, d'une égale intensité sur toute sa longueur; puis les lèvres de l'estafilade s'écartant, offrant des parois délicieusement rosées et des organes entaillés. Quelle oeuvre d'art est le corps humain! Ce petit ventre, à jamais privé du pouvoir d'enfanter, privé de sa perfection. Avec, en mémoire, cette visite à un caïman frustré. En pleine forêt. Un arrière goût tenaillait Chazee, comme l'alcool de la veille titille encore un alcoolique, et d'une canine pointue elle se mordilla inconsciemment la lèvre.

    Ce petit geste cessa bien vite de lui-même. La femme s'approcha. Elle osa faire un, non deux, trois... l'insulte était trop forte à quatre, elle ne compta plus. Chazee, faute de remarquer bien des choses autour d'elle, était bien consciente de ses limites; et sa transformation la plus susceptible d'éliminer un adversaire d'une traite était bien sûrement trop exigeante pour tout de suite. Dans ses pas, en fait, un expert pouvait bien lire que s'il y avait là de la puissance, elle n'était pas physique; oui elle pouvait s'avérer habile, mais en corps en corps, cette petite bichette serait mise en pièces. Mais un lapin peut mordre. C'est du déjà-vu.
    Enfin. Tout cela pour dire qu'une proximité trop grande ne l'excitait guère. Au contraire, son esprit tiquait. Elle ne la verrait certainement pas faire un quelconque pas vers l'arrière, mais son jeu ne stimulait pas encore sa curiosité. Si elle n'avait rien de mieux à proposer, elle finirait par s'ennuyer.

    « Alors, tu veux t'essayer ? »

    La Change-Forme tordit le cou d'une étrange façon, toisant la dame du coin de l'oeil, sourcil froncé.

    « Je suis chirurgienne à mes heures. »

    Cette réflexion lui sembla un éclair de génie. Bah ouais. Elle s'y connaissait en scalpels, quoi.

    Chazee fit deux pas, bien au sec, les pieds enduits de sable; puis elle prit une enjambée qui se conclue en une brusque transformation en chouette; d'un coup d'aile puissant, elle fendit l'air, ses longues plumes frôlant peut-être la joue tristement vierge de cicatrice de l'inconnue. En un élan du poitrail, elle cessa son élan un plus loin, se rapprocha du sol, pirouettant, et se remétamorphosa en position assise. Son ongle effilé grattouillait la croix à la commissure de ses lèvres.

    « À moins que tu veuilles jouer...»

    Un petit rire venu de nul part la secoua, ses pupilles se dilatèrent; ses traits devinrent plus expressifs.

    « ...à un jeu ? Tu m'as dérangée. Vois-tu. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Who's gonna win ? [PV Temset~]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Who's gonna win ? [PV Temset~]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'île d'Al Dryen :: La forêt :: 
Lac
-