AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Sund vous observe...
 

Partagez | 
 

 Nailah Temset ~ Dark Queen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nailah Temset


avatar


Âge du peronnage : 22 ans
Localisation : Dans l'ombre de Sund
Métier/Occupation : Chef des Syas & Couturière
Humeur : Aguicheuse~


MessageSujet: Nailah Temset ~ Dark Queen   Lun 12 Sep - 7:49


Identité


◊ Nom : Temset

◊ Prénom : Nailah

◊ Âge : 22 ans

◊ Métier/Occupation : Couturière et chef des Syas

◊ Camp : Sya

◊ Magie : Si Nailah est à l'origine dotée d'un don de divination, elle a pour élément le feu. Une simple affinité transformée en véritable don élémentaire par Sund lui-même, avant qu'il ne la désigne à la tête des Syas. Jolie promotion pour un jeune âge, n'est-ce pas ? Mais, c'était tout à fait dans les ambitions de la belle. La puissance... Elle s'en délecte.
Nailah, donc, a acquis une grande maîtrise du feu.



Physique


L'insaisissable Nailah aurait bien de l’aventure en tant que mannequin. Elle ne devrait vraiment pas se contenter de faire des vêtements à ses heures perdues, bien que cela soit dans les mœurs de sa famille depuis bien longtemps.

Nailah est belle. Très belle, à ne pas en douter. Elle fait partie de ces obscures personnes dont le physique ne peut tout simplement pas laisser de marbre. Elle possède une longue chevelure d'ébène qui ondule légèrement par temps humide, une visage fin aux traits fins et altiers, des yeux d'onyx froids, étrangement clairs lorsqu'elle use de ses pouvoirs, surmontés de longs cils ombrant ses pommettes et des lèvres rosées, à la pulpe mesurée, qui se fendent parfois en un sourire mutin ou hautain. Son visage peut aussi bien être un masque de froideur indolente qu'une joviale mimique emprunte de mesquinerie.
Nous n'avons là que son visage, et la suite est la même. Le corps suit parfaitement dans la description, puisqu'il est toute en finesse, élancé, avec des formes cependant prononcées. La courbe de ses hanches reste enchanteresse, sa poitrine raisonnable est comme un fruit défendu. Un ventre plat, une taille fine, sans exagération. Seules ses jambes, longues, vertigineuses, fuselées marquent une forme d’excès quoi qu'elles ne soient pas disproportionnées. Son corps est toutes courbes, toute souplesse, félin.

Sa gestuelle, toute aussi noble, lui donne une assurance mystérieuse et attirante. Elle a une démarche souple et élégante, des gestes suffisamment lents pour la rendre désirable sans pour autant faire d'elle un personnage ennuyeux. Elle est fraîcheur et incandescence à la fois, sans aucune innocence. Non, tout en elle respire la mesquinerie, la manipulation et la séduction. Ainsi, méfiance s’impose. Car sous ses airs de lascive et mystérieuse Diseuse de bonne aventure se cache une personnalité bien plus dangereuse. Il émane de cet ensemble une aura intrigante, d'insaisissable. Qui ne se retourne pas sur son passage lorsqu’elle traverse l’Académie de sa démarche impérieuse, ses talons claquant au rythme de ses pas, sa chevelure ondoyant dans son dos ? Qui n’est pas fasciné par sa pose indolente, lorsque lors des cours les plus ennuyeux, son regard devenu rêveur se perd dans les cieux watériniens ? Quel homme peut prétendre ne pas envier chacune de ses cigarettes qui ont le privilège d’entrer en contact avec ses lèvres divines ?
Le physique parfait.
Evidemment, Nailah fait des jaloux, et peu peuvent réellement prétendre ne pas l’envier, ne pas être attiré par son aura mystérieuse, ses moues séductrices, ou simplement fasciné par son port altier. Même son détestable tic –car à ses yeux, jouer avec une mèche de sa sombre chevelure est vraiment détestable, mais elle ne peut pas s’en empêcher- n’enlève rien à son charme débordant.

Il est bien rare de voir Nailah vêtue deux fois de la même façon, pour la simple et bonne raison qu’elle est l’héritière d’une famille de couturiers et que cet art ne lui est pas inconnu. Elle fabrique ses propres tenues, en a hérité de bien d’autre et elle ne cache pas son goût pour le tissus. Elle privilégie les vêtements qui mettent en valeur sa taille, ses formes, son port altier. Elle est la princesse de son petit monde et surtout, la grande classe de l’académie. Son originalité vestimentaire lui permet de ne pas passer inaperçue, sa grâce naturelle la fait que plus désirable encore. Elle a le don pour sélectionner les tissus qui bruissent le plus subtilement sur ses jambes fuselées, les couleurs qui se reflètent le mieux dans le miroir de ses prunelles sombres, les accessoires uniques qui, sans la priver de sa nature, mettent en valeur son auguste personne.



Caractère

Nailah ?
Elle vous fera tourner la tête, vous mènera en bateau, s’amusera à vous faire chavirer, puis, avec un petit sourire satisfait, vous contemplera depuis la surface, tandis que vous vous noierez dans les eaux profondes de la trahison

Sous ses apparences divines et félines se cache une perfide Vipère, une manipulatrice chevronnée qui n’hésite pas à faire usage de ses atouts pour mieux séduire, mieux tromper. Elle vous lorgnera d’abord d’un regard énigmatique, s’approchera de vous de sa démarche si particulière, ondulante et impériale à la fois. Après, soit elle vous apprécie, soit elle vous méprise… Allez savoir ce qui est le mieux. Peut-être de ne pas la connaître, serait plus simple, car le piège est tentant, le jeu captivant. Et la fin, en général, peu enviable.

Nailah est une éternelle indécise, mue d’un ennui grandissant. Oui, l’ennui, là est bien son plus grand problème. Etudier à l’académie la lasse, son don de prévoir l’avenir, bien que l’avenir se divise en des milliers de branches, en des milliers de possibilité, il n’en restait pas moins barbant d’avoir déjà un aperçu de ce que serait le lendemain. Puis, les gens l’ennuient aussi, dépourvus d’originalité, aux fades ambitions, la tête remplie d’idéaux à la con. Bref. Nailah trouve que l’existence sur Waterin est bien trop fade pour une femme comme elle. Rien de palpitant, rien qui fasse battre son cœur à toute allure, rien. Enfin, jusqu’à l’arrivée de Sund. Jusqu’à ce que ses jours soient comptés, jusqu’à ce qu’elle puisse jouer avec le feu.
Ce qu’il faut en retenir ?
Nailah n’est pas une femme docile, qui rêve d’un mari et d’un petit jardin. Nailah aime le danger, les imprévus, tout ce qui fuit l’inéluctable et se fout royalement de son morne quotidien.

Ah, si j’agissais seulement de ça !
Mais non, ce n’est pas fini. Perfide, disais-je. Mais elle est bien pire. Nailah aime le jeu, quoi qu’elle soit très mauvaise perdante. Elle trichera sans vergogne, imposera ses propres règles et en quelques coups astucieux, vous fera perdre pieds. Hm ? Non, je n’ai pas précisé quels jeux en effet. Tout y passe, pour un peu qu’elle considère cela assez mature, à la hauteur de ses espérances et de sa grandeur. Pas des jeux de gosses, donc –et pourquoi pas une partie de chat perché, tant que vous y êtes ?- mais des choses plus raffinées. Séduction ? Provocation ? Notamment.
Et vous… jusqu’où pousserez-vous le jeu ?

Nailah affiche souvent cet air divinement hautain. Elle expose ainsi sans pudeur aucune son égo démesuré… Ne vous avisez pas de piquer sa fierté, cela pourrait vous créer bien des ennuis. C’est dans ces moments là où elle délaisse le jeu de la séduction pour se plonger entièrement dans sa vile perfidie. Chercher la vengeance ! Chez, elle, il ne s’agit pas toujours d’un plat qui se mange froid. Elle pourrait, dans l’instant, vous griller, se fichant complètement du fait que les autres découvrent qu’elle maîtrise bien trop son élément pour que cela soit naturel. L’Orgueil avant tout. Quel douceâtre péché, n’est-ce pas ?
Quoi qu’il en soit, ne vous attendez pas à la moindre once de pitié venant d’une Nailah hors d’elle. Jamais elle ne laissera un affront impuni. Seulement, il est rare qu’elle se laisse aller à sa rage, tout autant qu’il est rare qu’elle se laisse aller à de telles extrémités. En fait, elle préfère garder rester glaciale en toute circonstance –ou presque- sans rien perdre de son caractère échaudé. Son élément est le feu, évidemment, et ce n’est pas pour rien. Mais sa façade demeure essentielle dans son jeu. Un bon départ pour pousser bien loin l’hypocrisie.
En voilà une autre difficulté :
Comment différencier le mensonge de la vérité ?
Si vous avez l’intention se décrypter notre Nailah, je vous souhaite du bien du courage. C’est Sund qui doit s’amuser, quand il discute avec elle. Quoi qu’elle y va franc jeu avec cet individu, c’est ce qui s’appelle jouer carte sur table. Autrement, elle courrait à sa perte, cela va de soit.



Histoire


Nailah est née dans une riche famille Hunienne, où le luxe prévalait sur toute idée de bonheur, ou l’abondance demeurait le maître mot et où l’esthétisme était idolâtré. Il faut croire que grandir dans un tel milieu est certainement ce qui l’a rendue telle que nous la connaissons à ce jour. Son père était propriétaire de nombreuses terres et ses exploitations lui permettaient de faire de fructueuses affaires avec tout le continent. Après tout, le nom de Temset était réputé depuis des générations, il n’y avait pas de raison que l’économie de la maison cesse de fonctionner, puisque le père de Nailah n’était pas du genre à se laisser aller dans quelques vices, ni à aller ruiner la fortune familiale dans quelques entreprises farfelues. Un homme sérieux, somme toute, sans grand intérêt, et surtout, jamais présent.
Donc, depuis son plus jeune âge, Nailah vivait avec sa mère. Une mère ô combien débordée qui, si elle offrait de nombreuses tenues à sa fille, ne se souciait pas réellement d’elle. Mme. Temset était obsédée par une seule chose : la couture, son Art et sa passion. Là encore, un nom bien connu puisque Madame s’occupait à révolutionner la mode Aquadienne. Et quand je dis révolutionner, cela était très clair : toutes les fortunes se massaient pour obtenir une sublime robe, et un quelconque tissu passé entre les mains de la tailleuse devenaient bien vite une véritable œuvre. De plus, Mme. Temset se refusait à laisser son travail à d’autre. Elle faisait tout elle-même, quelque soit la commande. Cela signifiait bien entendu que ses créations étaient rare, mais aussi qu’une longue liste d’attente se profilait au fil des désirs des fortunés et que, par conséquent, la célèbre couturière n’avait pas une minute à elle.

Nailah fut élevée dans le luxe, et, d’une nature déjà bien capricieuse ne supportait pas d’être ainsi ignorée de ses géniteurs.
Cela ne manqua pas : elle se fit remarquer par tous les moyens, s’attirant encore et toujours les réprimandes de ses parents. L’ennui la gagnait, toujours plus chaque jour, malgré la montagne de trésors qui peuplaient sa chambre, malgré ses leçons quotidiennes en tout genre. Elle faisait le malheur de ses précepteurs, devenait le cataclysme du personnel de la gigantesque demeure, la peste qui dévastait tout sur son passage, des chambres d’amis jusqu’aux cuisines. Elle chapardait, elle détruisait les massifs de fleurs, enfin, tout ce qui était à la portée d’une enfant de sept ans, qui sans aucun scrupule transformait les lieux en un enfer dont elle était le seul démon.
Un démon en proie d’une atroce solitude.
Ce fut plus désastreux encore lorsque le don de prescience de la demoiselle commença à se développer. Car bien des surprises qui faisaient parfois miroiter sa vie furent anéanties par ce qu'elle considérait comme une malédiction. Au moins, elle suivait un minimum des leçons pour trouver un moyen de brider ses pouvoirs.

Finalement, sa mère se plia à ses volontés, lui accordant enfin son attention. Nailah eut alors le droit de se glisser jusqu’à la salle de travail, qui jusqu’à ce jour, lui avait été formellement interdite. Ce fut un peu comme pénétrer dans un océan de couleurs et de beauté : la petite fille découvrait un autre monde. Le tissus étaient soyeux sous ses doigts, les dentelles raffinées, chaque broderie soignée, chaque soierie cousue donnait à de simples fibres des allures enchanteresses.
Plus besoin de se poser de question sur l’origine des goûts si particuliers de Nailah. Après tout, elle avait bénéficié de toute une garde robe composée en ces lieux, aux allures toutes aussi originales qu’avant-gardistes, un paradis de la haute couture, une myriade de tenues plus fantastiques les unes que les autres.
Pire encore, sa mère décida de lui apprendre l’art dans lequel elle était experte, et très vite, Nailah l’aida à confectionner d’abord pour elle-même, puis pour les commandes de sa mère. Si sa technique devint vite irréprochable, la jeune femme ne trouvait pas le même charme à ses créations qu’à celle de sa génitrice. Pourquoi donc ? Elle se morfondait à ce sujet sans comprendre, en quoi les années d’expériences pouvaient-elles faire une si subtile différence, en quoi deux perles cousues de façon identiques, pouvaient-elles paraître si différentes.

Et très vite, Nailah fut convaincue qu’il ne s’agissait pas de que de ça.

« C’est ton don, n’est-ce pas ? »

Les paroles avaient finalement franchies les lèvres de la jeune fille qui ne pouvaient plus garder ses doutes pour elle. Sa voix d’ordinaire si posée prenait pour la première fois ce ton glacial mais ardent à la fois, cette délicieuse note hautaine de ces personnes outrées.

« Bien entendu. D’où croyais-tu que venais le succès de mes robes ? »

De son propre talent, tout bêtement. De son travail, de ses uniques efforts. Mais non, il avait fallut que sa mère triche, à sa façon. Et le pire, c’est que désormais, cela lui apparaissait comme une évidence. Et que les clients savaient tous qu’ils avaient affaire là au don de cette femme, et non pas à des créations qui venaient purement d’elle.
Cette déception fut terrible pour Nailah, car elle avait compris que, même avec toute sa bonne volonté, tous les efforts qu’elle pourrait fournir, cela ne suffirait jamais pour égaler le travail de sa mère. Une terrible défaite qui la rendit amère… Et qui fit fleurir de sombres projets pour ses futures occupations dans sa petite tête.
Elle quitta la pièce, livide et furieuse, sans un mot.
Et plus jamais elle n’y remit les pieds, tant son dégout était évident, tant son cœur avait perdu le cœur à l’ouvrage. Car à partir de ce jour, elle décida de ne plus jamais coudre.

Et plus jamais elle n’y remit les pieds, tant son dégout était évident, tant son cœur avait perdu le cœur à l’ouvrage. Car à partir de ce jour, elle décida de ne plus jamais coudre.

L’ennui refit surface.
Nailah avait cessé ses caprices de petite peste, ignorait sa mère, méprisait ses parents et ne cessait de s’ennuyer. Les leçons n’avaient rien d’intéressant non plus, ses pouvoirs n’avaient rien d’extraordinaire, ses journées se faisaient fades et monotones.
Une période qui dura bien longtemps, hélas, jusqu’à ce que Nailah réclame à aller vivre dans le Sud, sur une île, n’importe laquelle, dans une Académie, avec des gens de son âge, et tout le tralala. Demande qu’on ne lui refusa pas. Elle partit donc pour Yol la semaine suivante, embarquant avec elle une grande valise, ses effets les plus précieux, et bien entendu, une excitation grandissante, la perspective de nouveaux horizons. Si le voyage fut long, elle s’en fichait éperdument, sachant que bientôt, elle pourrait enfin découvrir de nouveaux horizons. C’est ainsi que notre perfide vipère arriva à Waterin, et devint Interne à l’Académie. L’île fut choisie un peu au hasard, par ses parents. Elle s’en fichait, du moment qu’elle se tenait loin de la demeure familiale.

La vie à l’Académie était un peu moins ennuyeuse. Au début, elle était même des plus fascinantes. Mais on se lasse bien vite de tout, n’est-ce pas ? Surtout lorsque l’on se nomme Nailah Temset.
Lorsqu’elle eut seize ans, elle se rendit compte qu’elle avait besoin d’argent. Alors, durant son temps libre, elle décida de donner un coup demain à la couturière de la ville. Sa promesse de ne plus toucher aux fils et aiguilles remontait à loin désormais, sa déception restée sur Hun. A quoi bon s’en embarrasser ?

Oh, et comme cela n’était pas assez mouvementé pour convenir à la jeune femme, il fallut aussi qu’elle se trouve d’autres activités. Elle enchaîna conquêtes et mauvaises fréquentations, histoire de « mettre un peu de piment dans sa vie », comme elle disait. Cela ne manqua pas : son existence nocturne lui fit vite oublier son perpétuel ennui. Puis, elle pouvait utiliser son don de prescience à quelques sombres desseins… Elle s’était bien exercée et son niveau, quoi que dans la moyenne, se révélait bien utile. Prévoir l’avenir… Oui, ce n’était plus vraiment une malédiction à présent, mais un don, puisqu’elle le contrôlait suffisamment pour ne pas en être incommodée.
Et comme si cette décadence n’était pas assez poussée, Nailah commença à désirer plus de pouvoir. Plus de fonds, aussi. Plus d’argent. Dominer. Bien d’autres choses encore… Une chose était sûre, elle se fixait des objectifs, de plus en plus élevés, de plus en plus dangereux, de plus en plus excitant.
A ses dix-sept ans, elle reçut l’héritage de ses parents, comme elle l’avait prévu, grâce à son don. Une somme colossale, qui ne cessait de s’amasser. Elle avait trouvé un intendant quelconque, qui ramassait une bonne part des bénéfices et échange, gérait les affaires de la famille. Résultat, elle pouvait profiter de la fortune, sans pour autant risquer de se retrouver à court de revenus.

Dans l’organisation, elle fit la rencontre d’un certain Sund. Un individu au Potentiel exceptionnel. Il rivalisait avec ce petit génie de Jewel de l’Académie… Et, son pouvoir lui soufflait qu’il préparait un gros coup. Quelque chose de très, très divertissant. Nailah commença à se demander ce qu’il en était, car, pour une obscure raison, elle ne parvenait pas à atteindre un réel futur concernant Sund. Changeait-il d’avis à chaque seconde au point de rendre si floues les trames de l’avenir ? Ou bien son pouvoir était-il à ce point puissant ? Cela ne manqua pas, elle vint l’interroger, laissant sa curiosité dépasser toutes ses bonnes manières.
Sund était malin, le jeu fut passionnant. D’une discussion à une autre, alors qu’elle croyait le mener où bon lui semblait, c’était lui, qui, insidieusement, la faisait glisser vers ses désirs, pour servir ses objectifs. Alors, même si elle ne savait toujours pas quels étaient les projets de son nouvel intérêt, elle proposa tout de même :

« Et une voyante, ça ne te serait pas utile ? Après tout, ton potentiel est exceptionnel, mais tu ne peux pas t’épuiser à tout faire. …Je serai trop faible ? Tu peux bien pouvoir y changer quelque chose, non ? »

La suite est bien aisée à deviner.
Ce très cher Sund débrida les pouvoirs de Nailah et par la même occasion, fit d’elle son obligée. Ayant éliminé l'ancien chef des Syas, le seigneur plaça la jeune femme à la tête. Après tout, n’était-elle pas rusée ? N’avait-elle pas ce don pour séduire, pour tromper, pour se dissimuler dans une foule, pour pousser les gens à dire ce qu’ils ne souhaitent pas ? Un élément prometteur… Sans compter qu’il y avait peu de chance qu’une ancienne étudiante, désormais couturière soit démasquée… Du moment que personne ne se doutait à quel point elle contrôlait le feu. Car, cela paraîtrait plutôt louche qu’une si jeune élève au niveau jusque là correcte devienne soudain une experte en maniement du feu tout en conservant un don très poussé. Cela n’avait rien naturel, et c’était très dangereux.
Mais… Nailah aime le danger, c’est bien connu.



Joueur


◊ Pseudo : Meow

◊ Âge : 19 ans

◊ Comment avez-vous découvert le forum ? Double compte Admin.

◊ Présence : Autant que possible~

◊ Autre ? Hm, James... Un beau brasier.



Dernière édition par Nailah Temset le Mer 21 Sep - 6:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
June K. Lowy


avatar


Âge du peronnage : 18 ans
Localisation : Dans l'ombre de Gabriel
Métier/Occupation : Directrice du pensionnat Lowy
Humeur : Sibylline


MessageSujet: Re: Nailah Temset ~ Dark Queen   Lun 19 Sep - 11:57

Hop.
Validée la feignasse qui copie colle son ancienne présentation ! 8D

         ◊         ◊         ◊         ◊         ◊

Dread the truth.

« Take the pictures off the wall,
Erase the thoughts, forget them all.
The choice is yours to save yourself,
Or in the hands of someone else ? »
Skumfuck - Sum 41
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Nailah Temset ~ Dark Queen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'île d'Al Dryen :: Prémices :: 
Registre
 :: 
Fiches Validées
-