AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Sund vous observe...
 

Partagez | 
 

 Chazee Vincentius

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chazee Vincentius


avatar


Humeur : Nébuleuse ~


MessageSujet: Chazee Vincentius   Lun 12 Sep - 0:26

◊ Identité ◊

◊ Nom : Vincentius

◊ Prénom : Chazee

◊ Âge : 26

◊ Métier/Occupation : Être riche, vous faire hurler de toutes vos tripes.

◊ Camp : Neutre

◊ Magie :
    Promenons-nous dans les bois pendant que le loup n'y est pas...

    Son héritage : change-forme.
    Sa forme la plus prisée est sans doute la louve; une bête puissante au pelage argent, les iris glacés comme ceux de sa forme originelle. C'est celle qu'elle maîtrise le mieux, à un tel point que sa transformation exige une quantité minime d'énergie. Elle peut même arborer ce corps de canidé à outrance, si l'envie lui prend.
    Mais Chazee s'est révélée être plutôt talentueuse et ses jeunes années à l'Académie ont bien payées; ainsi, trois autres métamorphoses lui sont permises, certaines plus aisées que d'autres. La harpie féroce, une forme d'aigle blanc au plumage dorsal gris-bleu d'une envergure impressionnante – celle-ci fut découverte dans son jeune âge, et est donc elle aussi d'un naturel assez flagrant; quoiqu'une journée sous cette forme commence à être exténuant sans préparation. La suivante, franchement moins aisée, est le caïman noir; son usage se limite sans doute aussi à patauger dans l'eau lorsque l'envie lui prend car la sensation du liquide sur ses écailles l'amuse. Sa dernière transformation, celle-là à retravailler complètement, est une jument souris, une grande dix-sept mains sous quelle forme elle ne peut que piaffer quelques coups et redevenir humaine. Ses moments de méditation visent, pour la plus part, à renforcer cette aptitude.

    Si le loup y était, il nous mangerait...


◊ Physique ◊

Neige poudreuse, souffle transi.

Cherchons donc, ensemble, un terme qui, par sa seule existence résumerait la première vue de Chazee Vincentius.

Un groooos rugissement bestial, moi je dis !


Un mot, on s'entend. Peut-être farouche serait-il un bon choix. Ses allures, sa gestuelle, tout est, en soi, farouche. Sa chevelure, d'une blancheur surprenante irradiant pourtant la jeunesse, demeure toujours une jungle gracieuse et toute en longueur – parfois remontée en un chignon lâche, elle laisse le tout au gré du vent et des intempéries. Ce qui, le plus souvent, a le chic d'augmenter son aura suave et pas nécessairement malgré elle. Il y a d'ailleurs cette petite moue, typique de Chazee, qu'elle arbore très souvent qui aide un peu à la chose. Ses lèvres, quoique peut-être trop peu en forme de cœur au goût de certains, sont encore une petite particularité Vincentius. Un nez à l'arête discrète, l'extrémité tirant un peu vers le bas; puis cette forme de visage plutôt sur la largeur – oui, un assemblage charmant. Ses mouvements, souvent égarés et aléatoires, clament une grande fierté – sa posture elle-même, les épaules vers l'arrière et le buste présenté, le menton parfois relevé, exprime une présence forte.

Libertin, en un sens, peut-être, aussi ? Malgré les réticences de la société, elle sera sans doute la première à s'asseoir parterre d'une façon un peu garçonne, les pattes affalées au sol sans soucis. Toutes émotions transparaissent bien facilement dans son attitude, que l'on parle d'amusement, de désir ou de menace – libre cours à votre imagination. Ses jambes musclées de change-forme sont souvent exposées sans scrupule pour le sexe opposé parce qu'elle n'en a cure. Son corps en entier, se mouvant dans la puissance animale que lui procure son pouvoir, est le résultat de mains de maître en matière de fusion d'athlétisme et de charme féminin. Sa peau pâle, par contre, déplaît aux adeptes du basané et sa grandeur aux hommes qui se plaisent à voir les femmes de haut. Parce que oui, sur ce point, elle surpasse la moyenne.

Mais un mot qui reste bien, sans doute, est intense... seulement pour ses yeux, bleus, cerclés de blanc comme rarement vu alors qu'il y a absence de rides – fous, par moments, perçants, par d'autres. Mais si représentatifs qu'ils s'étendent même à deux de ses métamorphoses, soit la louve et la jument. Le même regard puissant, véritable que O'Honoura Vincentius; sans faux-semblants.

Chazee, grande Chazee, l'idéal de certains tu es et pourtant le cauchemar de d'autres tu persistes à être...


◊ Caractère ◊

La profondeur des océans, la froidure des glaciers.

L'âme déchirée bascule, lentement, surement, dans cette folie douce et familière, divisée entre deux aspects différents d'un même être; la digne bourgeoise crie, hurle, supplie ses pairs de voir sa grâce et sa beauté tandis que la créature démente se débat à travers les liens trop serrés de la société, les lèvres pincées de rage, les mains souillées d'un sang exquis.

Le sourire d'origine est malin, moqueur, aimant. Le regard premier fut quelque chose d'unique dénué de toute pudeur malsaine, promis à une grande sagesse. Le fond de toute chose est encore empreint de cette bonne éducation, de ce souvenir gorgé de gratitude envers le monde pour avoir fait d'elle ce qu'elle est. La demoiselle vit toujours, quelque part, dans quelques tréfonds, un murmure joueur et hilare faiblement retenu sur le bout de la langue. Un fragment infime de sa personne est encore ainsi : simple, humain, délicat. Rien n'est purement et simplement mauvais; et Chazee ne sut pas faire exception à cette règle. Même si, à première vue ainsi qu'à la deuxième, il est sans doute ardu d'entre-apercevoir ne serait-ce que le quart de tout cela, il existe bel et bien. Ne pas se laisser berner par les apparences est la clé de la chose... quoique, survivre aussi.

Car ailleurs, dans cette autre part plus manifeste, réside cette fibre purement animale des Vincentius – dans les gènes, dans l'héritage lointain. Un doute agressant mué en une méfiance totale et dangereuse; de là commence tous les troubles. La moindre chose peut se retrouver dramatisée et se conclure par un bain de sang, tout ce qu'il y a d'assez concret pour détruire et immoler toute forme de menace. Au même titre que l'insulte peut passer inaperçue, effacée par son esprit éméché en une feinte paresseuse. Les bas instincts bestiaux et l'intelligence humaine pervertie se chevauchent pour former un maelström funeste de vicissitude. Cette incertitude constante d'autrui la conduit le plus souvent à se méprendre sur leurs intentions, ce qui transforme la moindre conversation en un jeu de pied périlleux. Si pendant une brève seconde tout sera limpide et l'analyse d'une clarté oppressante, l'instant d'après il y aura confusion et crainte.

Entre ces deux antagonistes, Chazee Vincentius chancèle; alors, en quelques mots, la belle se résume en une instable et miséreuse bourgeoise. Un danger autant qu'un délice. Car contrairement à certaines, ses viles intentions, elle ne les contrôle pas. Les stratagèmes vicieux sont inexistants.

Le charme brut.


◊ Histoire ◊

Vincentius.

Un nom qui a bien des antécédents, reconnaissons-le. Dans les archives bien gardées du maire repose le nom d'O'Honoura Vincentius. Cette femme, la honte même du nom à l'origine prononcé avec respect, fut le premier écart de la famille – désaxée, disait-on. La dame était doté, à l'instar de quelques Vincentius par le passé, du don de métamorphose. Le principe de base s'appliquant à ce pouvoir est que deux extrêmes cohabitent dans une même personne; un équilibre véritable entre les deux côté est donc vital pour le bien-être mental. On ignore quand exactement O'Honoura céda à son don, la raison rompue par la sauvagerie; certains soupçonnent qu'elle aurait assisté à un assassinat lors d'une période plus sombre d'Al Dryen, il y a des décennies, et que le choc aurait tout déclenché – pourtant, d'autres maintiennent fermement qu'elle était déjà dérangée. Ou encore que son pouvoir de métamorphose était devenu si grand, à cause de ses multiples possibilités de transformation, qu'elle en aurait perdu le contrôle... enfin, le mystère fut oublié avec soulagement.

Ses actes manquèrent de faire tomber la famille entière dans une déchéance profonde – tous les partenaires commerciaux remirent la dignité de celle-ci en question après l'événement et peu de gens osèrent en faire leur employeur. Les circonstances restent nébuleuses mais le résultat bien clair : tous les employés du hangar portuaire Vincentius présents à ce moment-là, sans exception, furent purement et simplement tués, mutilés, apparemment pendus pour certains. La dame aurait perdu sa raison dans un atroce élan meurtrier; la surprise et la peur eut raison d'eux. On dit que c'est son fils lui-même qui aurait mit fin a ses jours pour ensuite jeter résolument son corps aux oubliettes. Le succès marquant de ses entreprises portuaires effaça alors peu à peu le souvenir morbide de sa mère et le gène de change-forme se perdit dans les générations – jusqu'au jour où, dans la maisonnée Vincentius, apparut une petite princesse bourgeoise.
Un pli inquiet barra la front du père au souvenir de la sombre histoire du lointain ancêtre alors qu'il constata le don de sa progéniture. Allait-elle finir ainsi, elle aussi ?


Elle était jeune, elle était belle. Oh, Chazee. Petite princesse, petite fleur. Déjà, elle tendait vers l'excès, mais pas plus qu'il ne l'était permis en société – elle était une simple petite change-forme un peu marginale. C'est du moins l'image que son père répandait partout, aux oreilles de tous ceux qui voulaient l'entendre. Sa mère, figure effacée du portrait familial, se contentait de passer derrière sa fille pour ramasser les dégâts après ses petites colères. Petites robes et dentelles, elle se faisait capricieuse.

Si seulement son père n'avait pas été royaliste, si seulement ces atroces démocrates n'étaient pas si vicieux, si seulement il y avait encore eu quelqu'un pour maintenir les fils de bienséance factices qui la maintenait sur un rang digne aux yeux des autres.

Le pire sentiment qui existe pour un change-forme est sans doute l'adrénaline – le moment où l'on perd la tête, ou plus rien ne semble réel. Cette cicatrice, sur sa joue, c'est ce qui marqua le début de sa véritable nature. Une ordure, un pur inconnu, s'était infiltré chez elle; son père, papa, il n'avait jamais fait de mal à personne. Pourtant, on s'attaquait à lui ! La crainte lui fit perdre la raison, à la pauvre. L'assaillant avait péri d'une fin digne d'un meurtrier – dans la douleur, dans le déchirement des chairs, dans le regret violent. Et son père... oh, son père ! Que s'était-il passé, au juste, cette nuit-là? L'avait-elle...? Non, pas de ses propres mains. Elle ne pouvait pas avoir fait ça, mais sa mémoire défaillante se refusait à le lui confirmer. Cette ignorance lui arrache parfois encore des frissons. L'unique preuve qu'elle avait bel et bien été mêlée a tout cela était cette satanée croix sur sa joue; l'erreur de laisser le passé la marquer au fer rouge.


Les événements la rallièrent complètement à la cause des royalistes, ou tout ce qui se dressait contre les démocrates. L'arrivée de Sund fut donc un sursaut de joie pour elle. Elle rejoignit son camp instantanément; pas la moindre seconde d'hésitation. À l'âge qu'elle avait, à l'influence que son nom avait dans les activités économiques, qu'est-ce qui l'en empêchait ? Sa faible mère ? Mais oui, c'est cela. Elle ne valait rien, cette femme. Qu'un pâle reflet des ambitions de son père.
Il n'y eut alors jusque-là aucun événement de grande envergure, que quelques cadavres laissés derrière et la rumeur de plus en plus croissante sur sa très énergique personne. Les affaires Vincentius restant généralement cloîtrées au fin fond de leur spacieuse demeure, l'histoire de succession n'avait pas été rendue publique et Chazee n'avait aucun désir particulier de fanfaronner et d'asseoir sa réputation de grande chasseresse. C'est beaucoup plus amusant de surprendre la proie sur ce sujet. Donc rien de bien marquant, qu'une belle et douce dévotion au fantôme de Sund, espérant débusquer un moyen assez direct de pouvoir s'entretenir avec l'adoré; jusqu'à ce bal, ce splendide bal d'Halloween qui changea la donne du début à la fin.


Le pauvre enfant. Il était resté debout, avait refusé de s'incliner, avait clamé un refus catégorique. Comment refuser quoi que ce soit à Sund, le beau, le fabuleux, l'exquis ? Ridicule. Allons. Cette bonne vieille pure et simple indignation gorgée d'impulsivité l'envahit alors que James Catterson tentait de tenir tête au tyran qui avait fait son apparition, devant tous, pour les éblouir de son pouvoir. Ce sentiment faisant frémir la croupe d'un animal imprévisible, faisant froncer les moustaches. Il n'avait pas survécu bien longtemps ni, à priori, cru nécessaire de défendre très hardiment sa vie. Ou alors était-ce seulement parce qu'elle lui avait transpercé la nuque de ses crocs au tout premier contact. Épargnons les détails inutiles – Chazee, envahie de fureur sombre, le mit tout bonnement en pièces, se métamorphosant d'un animal à l'autre sans compter l'énergie utilisée.

Oui, son premier meurtre réellement publique – quoiqu'elle était masquée et ne croyait pas bon de se nommer, puisque le Maître aurait dû savoir de qui il s'agissait; il le devait. Et c'est en attendant un signe, minime, moindre, qu'importe, d'une quelconque gratitude ou reconnaissance de la part de Sund au beau milieu des gens horrifié qu'elle reçut la plus grande claque de sa vie depuis le décès de son père : rien. Absolument. Rien. Il s'en alla. Voilà tout.

Inacceptable.

Révoltée au sang chaud, peut-être, mais elle ne tua plus personne ce soir-là. Ni vraiment depuis ce jour-là, en fait. Maintenant, elle passait pour une partisane éperdue du tyran le plus mauvais en ce monde; il était inconcevable pour la belle Vincentius de voir quelque homme possédant un tel pouvoir sans nulle loyauté envers ses sujets. Tout le monde allait la haïr, sauf ces fourbes aux pieds de Sund – la belle consolation. Frustration. Pas moyen de se faire pardonner par le petit peuple même si, en fait, elle avait été respectueuse; elle n'avait pas avalé un seul morceau du pauvre bougre. Pas un seul. Mais ça, des gens comme eux ne pouvaient pas le comprendre. Elle ne s'était pas nourrie de l'homme. Elle l'avait juste... éteint.
Et, alors qu'elle avait tourné le dos au Tyran sans en piper mot, il avait envoyé l'Embrouilleur, à son insu; bien qu'il n'eut rien de très contraignant à supprimer de ses mémoires, le sentiment d'oubli l'avait empoignée suite à son passage dans son esprit.


Pataugeant entre sa haine animale, son ressentiment humain, sa méfiance et toutes ces autres tares la torturant, Chazee Vincentius est neutre – car si elle abhorre les partisans, comment se ranger du côté de ceux qui valorisent la démocratie, raison même du trépas de son père ? Il n'y avait plus qu'à attendre et voir, se trouver les bons ennemis, étudier le concept d'allier et renforcer son propre pouvoir.

C'était bien la seule chose qui lui restait de concret : son pouvoir ainsi que ses possessions.

Et ne pensez même pas à l'en dépouiller.


◊ Joueur ◊

◊ Pseudo : J'ai déjà utilisé Kyam... Sinon, j'étais Chazera sur Waaaaaat'. (:

◊ Âge : 16 petites années.

◊ Comment avez-vous découvert le forum ? L'Admineuh qui me traine partout.

◊ Présence : Moyennement, je peux rien promettre.

◊ Autre ? Catterson, petite chose fragile. C'est bien le seul meurtre commis de sang froid qu'elle regrette un moindrement pour l'avoir mise dans une position inconfortable. Dommage, avec son excentricité, il était amusant...
 


Dernière édition par Chazee Vincentius le Ven 23 Sep - 18:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chazee Vincentius


avatar


Humeur : Nébuleuse ~


MessageSujet: Re: Chazee Vincentius   Jeu 22 Sep - 0:55

*Roulement de tambour*

Finiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiis ! 8'D
Peut-être ma première présa sans anicroches ?
- On croise les doigts. -

M'alors Grand Chef ? (:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
June K. Lowy


avatar


Âge du peronnage : 18 ans
Localisation : Dans l'ombre de Gabriel
Métier/Occupation : Directrice du pensionnat Lowy
Humeur : Sibylline


MessageSujet: Re: Chazee Vincentius   Jeu 22 Sep - 8:17

Ahah ! Alors; alors. Ce ne sont pas vraiment des anicroches, ma douce. x)

"Elle peut même arborer ce corps de canidé à outrance, si l'envie lui prend."
Tu me connais, j'ai envie de dire, n'abusons rien ! Néanmoins, je te fais relativement confiance sur ce point là.

Pour ce qui est du changement de camp, que dire ? Faut que j'en parle avec Gaby si je croise ce mystérieux personnage. Ma question étant : Sund l'aurait-il laissé s'en aller ? Pour Einleen, on avait déjà prévu de lui effacer sa mémoire et de la déposséder de son pouvoir, pour te dire... (Oui, elle devait finir ses jours heureuse, dans les bras de Damon ! 8D)
Alors, en toute logique, il devrait avoir employé au moins les pouvoirs de l'Embrouilleur pour que tu ne puisse rien révéler...

Euh, bref. Je pars à la poursuite de Gaby !

         ◊         ◊         ◊         ◊         ◊

Dread the truth.

« Take the pictures off the wall,
Erase the thoughts, forget them all.
The choice is yours to save yourself,
Or in the hands of someone else ? »
Skumfuck - Sum 41
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Jewel


avatar


Localisation : Partout sauf où vous vous y attendez.
Métier/Occupation : Dirigeant de l'île et de la Rébellion.
Humeur : Variable.


MessageSujet: Re: Chazee Vincentius   Jeu 22 Sep - 16:45

    Je suis là ♥

    En effet, c'est un problématique... Tu penses bien que Sund n'aurait sûrement pas laissé partir Chaz sans s'assurer au préalable qu'elle ne sache rien de contraignant et, surtout, sans vérifier s'il ne pouvait pas la retenir. La question est donc très simple : étant donné qu'un an s'est passé depuis la prise de pouvoir - donc, si je ne dis pas de bêtises, dix mois depuis Halloween, sauf si on s'est mal comprises avec Junette, Sund aurait-il pu convaincre Chazera de rester à ses côtés ? Si oui, on peut en parler par MP si tu veux. Si tu tiens à ce qu'elle soit neutre, il sera difficile de laisser les choses en l'état, par contre.

    Rebienvenue malgré tout, et repasse un coup sur le règlement s'il te plaît ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
June K. Lowy


avatar


Âge du peronnage : 18 ans
Localisation : Dans l'ombre de Gabriel
Métier/Occupation : Directrice du pensionnat Lowy
Humeur : Sibylline


MessageSujet: Re: Chazee Vincentius   Jeu 22 Sep - 17:25

Ou alors, y a l'option où Sund fasse en sorte que Chaz se taise, via la magie. Mais dans ce cas, il faut qu'il y ait une raison toute particulière, histoire qu'il n'utilise pas toute cette magie pour rien...

         ◊         ◊         ◊         ◊         ◊

Dread the truth.

« Take the pictures off the wall,
Erase the thoughts, forget them all.
The choice is yours to save yourself,
Or in the hands of someone else ? »
Skumfuck - Sum 41
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chazee Vincentius


avatar


Humeur : Nébuleuse ~


MessageSujet: Re: Chazee Vincentius   Ven 23 Sep - 18:24

Bon, ça y est, je crois ! (:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Jewel


avatar


Localisation : Partout sauf où vous vous y attendez.
Métier/Occupation : Dirigeant de l'île et de la Rébellion.
Humeur : Variable.


MessageSujet: Re: Chazee Vincentius   Ven 23 Sep - 19:37

    Pour moi c'est parfait, je te valide, je pense que ça ira à Junette aussi - et sinon, je m'excuse envers elle et je sais qu'elle se manifestera.

    Bienvenue, officiellement, donc ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Chazee Vincentius   

Revenir en haut Aller en bas
 

Chazee Vincentius

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'île d'Al Dryen :: Prémices :: 
Registre
 :: 
Fiches Validées
-